Pays-Bas / Canada : Face au techno-virus, le remède est incendiaire [Actualisé, 5 mai 2020]

Pays-Bas : Sabotage incendiaire d’antennes-relais – Rien n’arrête la contagion – Fin avril/Début mai

Dans la nuit du 3 au 4 mai, deux antennes de télécommunication ont été incendiées à La Haye.

Le premier sabotage a impacté un pylône dressé à Jaap Edenweg, près de De Huihof, vers 1h30. Le pylône était utilisé exclusivement par les services d’urgence et de sécurité de l’État (notamment police et armée), puisqu’il faisait partie du réseau C2000. Les communications ont été coupées et ont dû être déviées vers d’autres antennes. Une demi-heure plus tard, le feu a été mis à un autre pylône, situé non loin à Laan van Poot, faisant des dégâts encore plus importants. Il s’agissait d’une antenne-relais gérée par un opérateur privé, et dotée de la technologie 5G. Par ailleurs, les flics évoquent un autre incendie d’antenne la veille au soir, sans donner plus de précisions.

Dans un communiqué, l’association « Stop5GNL », qui a déposé le matin-même de ces derniers sabotages au tribunal de La Haye une procédure en référé contre l’État néerlandais à propos du déploiement de ce réseau sur l’ensemble du territoire, a pris explicitement ses distances par rapport à la série d’incendies de pylônes de ces dernières semaines et affirme ne vouloir se faire entendre que par la voie légale.

Dans la nuit du 29 au 30 avril, un pylône de télécommunication avait déjà été incendié à Standdaarbuiten (Noord-Brabant). Lors du week-end précédent (25-26 avril), c’est une antenne située dans une zone forestière près de Swifterbant à Flevoland qui a été attaquée par le feu, comme une autre à Waddinxveen.

En tout, depuis début avril, plus d’une vingtaine d’antennes-relais ont été prises pour cible partout aux Pays-Bas, dont une entièrement détruite à Dronten. Concernant la répression, trois personnes ont été arrêtées, accusées d’avoir incendié des antennes-relais, dont deux frères de 24 et 30 ans les 24 et 29 avril pour le sabotage de Dronten. La police enquête toujours pour savoir si un des deux est également impliqué dans d’autres incendies volontaires de pylônes. Enfin, la troisième personne, âgée de 34 ans, avait été arrêtée la semaine précédente pour l’attaque de celle à Groningue début avril. D’après les enquêteurs, rien n’indique que ces différents incendiaires présumés seraient motivés par des thèses complotistes.

Le Coordinateur National pour la Sécurité et la Lutte Anti-Terroriste (NCTV) a tiré la sonnette d’alarme sur l’opposition radicale qui est en train de prendre dans le pays. Il redoute notamment une multiplication de « manifestations extrémistes contre l’arrivée de la 5G », rappelant le danger que représente pour l’État et ses services le fait de couper les réseaux mobiles et d’internet. En réduisant notamment l’ensemble des incendiaires d’antennes à des complotistes comme cela a été le cas au Royaume-Uni, l’État et ses laquais (flics, journalistes, scientifiques) tentent à tout prix de stopper cette vague de sabotages contre des infrastructures critiques de la domination : fermer des groupes anti-5G sur les réseaux sociaux; nier la nocivité des ondes cancérigènes (et de toutes les autres); réduire les voies critiques à de simples « illuminés », ou encore transformer parfois ces actes en simples « défaillances techniques », etc.

Pour illustrer cette peur de la contagion de sabotages dans les rangs du pouvoir, on peut rappeler qu’en Belgique, la fédération des entreprises technologiques a fait fermer le site donnant accès aux données et à la localisation de l’ensemble des antennes sur le territoire quelques jours seulement après l’incendie de l’une d’entre elles à Pelt le 18 avril.

[Synthèse réalisée à partir de la presse quotidienne hollandaise, 27 et 29 avril et 4 mai 2020]

A Laan van Poot, nuit du 3 au 4 mai

A De Huihof, nuit du 3 au 4 mai 2020


Canada : après Laval le 1er mai, trois autres pylônes incendiés – 4 et 5 mai 2020

Mise-à-jour – Montréal : et de 2 pour Laval !

Une deuxième antenne-relais a été incendiée à Montréal dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 mai, cette fois dans la zone industrielle de Fabreville, à Laval.

« Signalé entre 3 h 30 et 4 h du matin, le nouvel incendie a endommagé les installations techniques à la base de la tour. Celle-ci a été érigée en avril 2003, selon le registre foncier, et n’est pas équipée pour fournir la technologie 5G.

Patrick Veilleux, l’entrepreneur qui loue l’espace à Rogers depuis 2003 pour qu’elle y exploite la tour, dit avoir collaboré avec les policiers. « On a regardé les images des caméras de surveillance. On ne voit pas grand-chose, mais on voit un véhicule au loin, dit-il. Est-ce qu’ils étaient un, deux ou plusieurs personnes dans le véhicule ? Impossible à dire, il faisait trop noir. » 

[Extrait de La Presse Canadienne, 5 mai 2020]

****

Ce lundi 4 mai, deux pylônes de télécommunication ont été volontairement incendiées dans les Laurentides.

« Selon la police, vers 3h40, un technicien est appelé pour une défaillance technique dans une tour de Piedmont. Sur place, il constate un début d’incendie dans la remise technique au pied de la tour et contacte alors les autorités. L’incendie a été jugé mineur et a été rapidement maîtrisé par les pompiers.

À 4h, un autre incendie a débuté au pied d’une tour de la ville voisine de Prévost, qui a, lui aussi, été maîtrisé rapidement. L’origine des deux feux est considérée comme criminelle, une enquête a été ouverte pour comprendre le fil des événements.

Des enquêteurs se rendront sur place pour faire la lumière sur ces incendies. Un périmètre de sécurité a été établi autour des deux scènes. Aucune arrestation n’a été faite dans cette affaire. »

[Repris de l’agence QMI, 4 mai 2020]

Antenne de Prévost, 4 mai 2020

Pylône de la zone industrielle de Fabreville, à Laval – 5 mai 2020

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Contre la science et la technologie, Contre la société de contrôle et de surveillance and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.