Royaume-Uni : Actualisation sur les attaques incendiaires contre les structures de télécommunication – 11 avril 2020

Dans un article du journal The Independent, en date de samedi 11 avril, le bilan des sabotages contre les structures des techno-communications s’alourdit en Grande-Bretagne : on passe de 20 à 30 pylônes ou « autres équipements de télécommunication » attaqués (par le feu ou par vandalisme) depuis le début du mois d’avril. Environ 80 incidents ont été relevés dans le pays, avec principalement des techniciens harcelés alors qu’ils étaient en train de remettre en état le réseau ou à l’entretenir.

Dans les premières heures du vendredi 10 avril dans la banlieue de Birmingham, une antenne-relais 5G sur Coleshill Road a été livrée aux flammes à Chelmsley Wood. Vers 00h30, les pompiers ont été alertés pour éteindre les flammes qui étaient en train d’engloutir le mât d’environ 25m de haut.

Ce mercredi 8 avril, c’est à West Midlands, ville de banlieue à l’est de Birmingham, qu’un pylône 4G est parti en fumée à Solihull. Une caméra était fixée au mât et a filmé la scène (cf photos en fin d’article). L’antenne était gérée par l’opérateur Vodafone.

Pour revenir sur la vague d’incendies des 2 et 3 avril au Royaume-Uni, on apprend avec retard que jeudi 2 avril, à l’est de Londres, à Thurrock, deux inconnus ont mis le feu à un pylône de téléphonie mobile, situé entre Pilgrims Lane et Harrington Crescent, à North Stifford. Même si le duo incendiaire était recherché par les flics, il n’a pas été retrouvé.

Depuis une dizaine de jours, la domination panique face à cette pandémie incendiaire de ses structures critiques et mobilise chaque jour les médias de masse pour démentir d’une part la dangerosité de la 5G pour la santé humaine, en prenant comme angle d’attaque les théories conspirationnistes qui affirment qu’elle serait la cause du coronavirus, et d’autre part pour enrayer cette vague de sabotages. Ces thèses confuses deviendraient tout d’un coup un problème de grande ampleur qu’il s’agirait d’invisibiliser. Les organes de propagande télévisée, radiophonique et papier enchaînent les interviews d’experts scientifiques pour marteler « leur vérité », les entreprises de plateforme de vidéos et des réseaux sociaux (Youtube, facebook, twitter…) censurent les pages et posts qui répertorient ou diffusent ces attaques, surtout celles qui incitent à l’action directe. Par ailleurs, ils se moquent des incendiaires qui se seraient « trompés » en prenant pour cible une antenne 4G, comme si la 5G n’allait pas être installée sur des structures déjà existantes, et comme si toutes ces technologies antérieurs n’étaient pas tout autabnt néfastes pour nos vies et utiles à leurs profits … Tous prennent évidemment pour prétexte la lutte contre les thèses conspirationnistes autour de l’origine du covid19. Ils utilisent donc le conspirationnisme, qui est omniprésent sur l’ensemble de ces sites tout au long de l’année, pour mener leur guerre contre des pratiques bien réelles qui s’attaquent aux piliers de ce monde qui les font vivre. Que seraient-ils sans ces câbles et antennes ? Que se passerait-il si à un moment donné, tous tous ces flux s’arrêteraient pour e bon ? Que les flics ne pourraient plus se connecter à leurs tablettes lors des contrôles, coordonner leurs opérations de répressives et que le travail s’arrêtait ?

Contrairement à l’État, nous ne cherchons pas à spéculer sur les raisons qui poussent tous ces incendiaires à agir. Nous pensons qu’il existe tout un tas de motivations de s’en prendre au techno-monde et que les incendiaires ont leurs propres raisons de l’attaquer …

West Midlands

 

This entry was posted in Actions directes and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.