Berlin, Allemagne : Remédier à la pandémie policière – 26 et 28 avril 2020

Bagnole de flics en patrouille attaquée – 28 avril 2020

Le 28 avril, nous avons attaqué, par surprise et avec des pierres, une voiture de flics en patrouille.

La répression dans le quartier nord s’est normalisée. La présence quasi-quotidienne des flics, les contrôles, les coups et les expulsions sont quelques exemples de l’état de siège dans les rues autour de la Dorfplatz.

Maintenant que la décision du tribunal au sujet du Liebig34 est reportée au 3 juin, nous avons décidé de riposter face à ceux qui nous oppriment et veulent nous étouffer dans une répression permanente. Même maintenant que les flics patrouillent en permanence dans la zone en mode cowboy, intimident et anéantissent les gens, la rue reste notre terrain.

Nous lutterons toujours contre les flics, l’État et le capital. Pendant que l’oppression et l’exploitation continuent, nous sommes présent.e.s pour intervenir, par nos luttes anti-hiérarchiques et de manière dynamique et combative, contre tout ce qui nous opprime.

Nous n’attendons d’aucune manière la justice au sein des salles du tribunal. Aujourd’hui plus que jamais, notre opposition contre leurs mesures est importante.

Pour un monde d’égalité et de solidarité.
On n’oublie personne entre les mains de l’État.

Solidarité avec le Liebig34 et le Rigaer94 et toutes les personnes en lutte du quartier nord !

Pour un voisinage rebelle partout !

Quelques personnes solidaires.


Patrouille de police défoncée – Pour que les rebelles dans les banlieues tiennent le coup !

Lorsqu’on a eu vent des attaques contre la police et contre l’État d‘urgence qui ont lieu dans les banlieues françaises, nous avons décidé d‘attaquer la police à Berlin en solidarité.

En période de crise, ce n’est pas facile pour ceux qui attaquent la société de trouver une réponse adéquate à cette situation de plus en plus dure – en dehors du discours de la politique et en dehors de la nation, qui tend vers l’obéissance aux règles arbitraires.
Inventer des nouvelles formes d‘attaque ? Poursuivre les projets comme avant? Adapter nos actions à l‘opinion public, dans cet « état d‘urgence » ? Faire des actions de propagande, afin d’appuyer le fait de stopper cette routine infernale ?
Toute la crise normale continue : la mort en Méditerranée, l’expansion de la surveillance, l‘économie instaurée pour les riches qui veulent choisir entre des centaines de sortes de pêches.

Quand l’info des attaques contre la police et contre l’État d‘urgence dans les banlieues en France nous est parvenue jusqu’ici, nous avons décidé d‘attaquer la police à Berlin en solidarité.
Les conditions ici sont beaucoup moins dures en ce qui concerne la surveillance et les restrictions. Les flics sont visibles dans la rue et leurs patrouilles arrivent très vite de partout dès qu’il se passe quelque chose d’illégal. Mais nous avons pas mal de places pour continuer à mettre nos idées en actes la nuit.

Lors d’une de ces nuits (26.04.20), nous avons attendu des flics dans un parc en haut d’une rue à Berlin. Nous avons attaqué une voiture de la police allemande en leur tenant une embuscade avec des pierres. Très vite, la zone était remplie de gyrophares mais nous avons réussi à rentrer à la maison avec un sourire de satisfaction aux lèvres.

Les caméras et la répression n’arrêteront pas les attaques contre les forces de l‘ordre !

En mémoire des victimes des meurtres policiers !
Solidarité avec tous ceux qui sont en détention pour s’être opposés au système.

 

[Repris d’indymedia nantes, 29 et 30.04.2020]

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance, Répression, solidarité and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.