Liban : Vers une contagion de la révolte ? (28 avril 2020, Actualisé)

Ce mardi 29 avril, les émeutes se sont poursuivies pour la deuxième journée consécutive à Tripoli. A l’aube, l’annonce de la mort d’un manifestant, Fawaz Fouad Samman, tué par balles la veille lors d’affrontement avec l’armée, a attisé les feux de la révolte dans plusieurs villes, notamment au sud du pays, comme à Beyrouth et à Saïda.  Cette nouvelle nuit d’affrontements aurait fait 81 blessés parmi les forces de sécurité (51 militaires blessés rien qu’à Tripoli, dont 6 officiers).  Une vingtaine de personnes ont été arrêtées à Tripoli.

A Tripoli, deuxième ville du pays, plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées place al-Nour, sous le slogan « Ça va être dévastateur », allusion faite à la nature de la manifestation: des centaines de jeunes ont barricadé les axes routiers, saccagé et incendié de nombreuses banques (notamment celle de la Banque Libano-Française), arraché les pavés des trottoirs pour les lancer sur les militaires et incendié deux véhicules militaires. Ils ont été dispersés à coups de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc. Les militaires se sont également lancés à la poursuite d’individus ayant vandalisé plusieurs véhicules de l’armée. Les désordres se sont produits juste après les funérailles du jeune père de famille, organisées en début d’après-midi au milieu d’une foule dense venue lui rendre un dernier hommage en dépit de la menace du coronavirus. Sur la place Bahsas, deux soldats ont été blessés par des jets de pierre et un véhicule militaire a été endommagé.
Avant que la tension ne monte sur la place al-Nour, des manifestant-e-s avaient jeté des pierres sur la résidence de l’ancien Premier ministre Nagib Mikati à Mina. L’armée et les forces de sécurité, fortement déployées, ont alors gazé en abondance pour disperser les manifestants. Des protestataires ont brisé les façades d’agences bancaires se trouvant à proximité.

« Je veux élever la voix contre la faim, la pauvreté, l’inflation et l’injustice », a lancé un manifestant de 41 ans, Khaled. Ce vendeur de pièces de rechange pour motos dit ne plus pouvoir subvenir aux besoins de ses trois enfants depuis la perte de son emploi, dans un contexte dégradé avec la pandémie.

A l’autre bout du pays, à Saïda (sud), un rassemblement s’est tenu devant le siège de la Banque du Liban (BDL), où un peu plus tard des manifestant-e-s ont lancé des pétards, puis une dizaine de cocktails Molotov en direction du bâtiment, ce qui a provoqué de petits incendies et poussé l’armée à intervenir. Avant cela, le jet de pétards avait provoqué des échauffourées avec les forces de l’ordre faisant des blessés.

Lorsque l’armée est intervenue pour protéger la BDL, les émeutier-e-s se sont dispersés dans les rues du centre-ville et ont détruit les façades d’au moins une dizaine d’agences bancaires, notamment celles de Bank Audi et Bankmed. Une quinzaine de distributeurs de billets ont été détruits. Un soldat de l’armée libanaise a également été blessé par des jets de pierres dans le marché de Saïda.
En début de soirée, des dizaines de jeunes avaient allumé des bougies à même le sol à la mémoire du manifestant décédé à Tripoli. Ils ont scandé des slogans contre la BDL et son gouverneur Riad Salamé, ainsi que contre l’armée. « Pourquoi Fawaz est mort, ce sont les balles de l’armée qui l’ont tué », ont-il crié.

Banque saccagée à Saïda le 28.04

A Beyrouth, des manifestant-e-s se sont également rassemblé-e-s devant le siège de la Banque du Liban avant de marcher dans les rues de Hamra en scandant des slogans contre son directeur. Ils se sont ensuite rendus à Corniche Mazraa, Béchara Khoury, la place des Martyrs, la place Riad el-Solh avant de retourner devant le siège de la BDL contre lequel ils ont lancé des pierres. Les forces de l’ordre se sont déployées sur les lieux.

Enfin, plusieurs routes ont de nouveau été coupées à travers le pays : celles de Kfarzabad et Rachaya, Masnaa dans la Békaa, la route de Khaldé en direction de Naamé dans le Sud, et la route Halba-Kobeyate dans le Nord.
Dans le quartier Hamra de Beyrouth, les militaires ont été blessés après avoir été attaqués à coups de pierres, de bouteilles en verre et de morceaux de métal, alors que des soldats tentaient de rétablir le trafic sur une route barricadée. A Saïda aussi, quatre militaires ont été blessés par des projectiles alors que l’armée intervenait pour dégager la chaussée. Sur l’autoroute côtière, au niveau de Naamé, au sud de Beyrouth, l’armée, déployée en plusieurs points, souligne avoir été visée par des jets de pierres, blessant 21 soldats.

Depuis le début du confinement, la misère frappe de plein fouet la population libanaise. Le pays connaît une hausse de l’inflation sans précédent en quelques semaines (+150%). Le ministre de l’Economie, Raoul Nehmé, a fait état d’une hausse de 55% des prix sans préciser la période correspondante.

Banque Libano-Française entièrement ravagée – Tripoli, 28.04.20

Voilà une banque qui se tient sage à Tripoli, 28.04.20

28.04.20

Attaque d’une banque à Tripoli, 28.04.20

Siège de la Baque Centrale du Liban attaqué aux Molotovs, 28.04.20

Véhicule militaire incendié à Tripoli, 28.04.20

Attaque d’une autre banque place al-Nour à Tripoli, 28.04.20

Véhicule des forces de sécurité en feu à Tripoli, 28.04.20

Militaires face aux manifestant-e-s, 28.04.20

[A partir des agences de presse libanaise et française, 28 et 29.04.20]

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Anti-électoral, Antimilitarisme, Répression, solidarité and tagged , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.