Belfort (90) : La voiture banalisée crame sous le nez des keufs – 21 avril 2020 [Actualisé 22.04]

Dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril à Belfort (90), une voiture banalisée a été incendiée juste devant le commissariat central.

La Peugeot 207 banalisée, qui stationnait devant le commissariat de police, a été complètement détruite par le feu aux alentours de 2h30.

Le feu aurait été mis par deux individus cagoulés circulant à scooter. Un des deux a alors jeté deux engins incendiaires en direction du véhicule, garé devant le comico, rue du Manège. Un seul cocktail Molotov a suffi pour l’enflammer.

Par manque de chance, la voiture n’était pas assez collée au comico, ce qui a fait que les flammes ne se sont malheureusement pas propagées.

Ce même commissariat a déjà été la cible d’une attaque incendiaire il y a quelques semaines: dans la nuit du 1er au 2 mars, deux cocktails Molotov ont été jetés dans la cour du poste de police. Le(s) assaillant(s) avai(en)t sans doute à l’esprit de cramer l’outil de travail des porcs en uniforme. Sans réussite.

Deux thèses sont avancées par les journaflics quant à l’origine de cette attaque incendiaire, L’une viendrait du contexte d’affrontements qui opposent, depuis la soirée de samedi 18 avril, la police et des habitants de Villeneuve-la-Garenne, après qu’un jeune à scooter a été gravement blessé par des flics de la Bac. Depuis ce soir-là, des émeutes contre la police éclatent à la nuit tombée à plusieurs endroits de la métropole, comme dans plusieurs villes de la région parisienne, dans les quartiers de Toulouse, Lille (incendie d’une mairie de quartier au sud) ou encore à Strasbourg, où le poste de police de La Meinau a reçu deux cocktails Molotov dans la nuit de lundi à mardi.
Une autre, formulée par les syndicats de flics, affirme que cette attaque se serait déroulée après ce qui ressemble à une diversion, avec la destruction de deux voitures rue de Délémont. Ces actes seraient apparus après un contrôle de confinement durant la nuit. Celle-ci aurait provoqué la colère d’une vingtaine d’individus.

Plus globalement, la tension monte dans les quartiers de Belfort, notamment aux Résidences, avec le quadrillage policier et la multiplication des contrôles liés au confinement. Depuis plusieurs jours, des feux de poubelles et de voitures se succèdent dans divers endroits. D’ailleurs, dimanche 19 avril vers 23h15, une dizaine d’individus masqués a tenté d’incendier une caméra de surveillance au croisement de la rue d’Oslo et de la rue de Copenhague (quartier des Résidences). Ils ont placé un container à poubelles juste en dessous du mât puis y ont mis le feu. Malheureusement, les pompiers seraient arrivés à temps pour éteindre le feu avant qu’il ne s’attaque à la caméra. Tout le monde a pu prendre la fuite sans être inquiété.

Sur demande du maire de Belfort, Damien Meslot (LR), le préfet a mobilisé ce mardi 21 avril une compagnie de CRS par crainte que des actes de révolte ressugissent dans les quartiers belfortains dans les nuits à venir.

[Reformulé de France Bleu et l’Est Républicain, 21.04.2020]

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.