Lyon : Arrestations pour le sabotage incendiaire des abattoirs Gesler à Hotonnes (Ain) – 19 novembre 2019 [Mise-à-jour, 25.11.2019]

On apprend par les médias que plusieurs personnes soupçonnées d’avoir incendié l’abattoir de Haut-Valromey (Ain) dans la nuit du 27 au 28 septembre 2018 ont été arrêtées ce mardi 19 novembre. Ce sont les gendarmes de la section de recherches de Lyon (Rhône) et du groupement de l’Ain qui ont mené l’opération. Sur les six personnes arrêtées, quatre ont été présentées à un juge et inculpées.

Mise-à-jour, 25.11.2019:
Deux inculpés ont été placés en détention provisoire et un troisième devait l’être ce même jour en soirée. La quatrième personne a été placée sous contrôle judiciaire. Les deux derniers individus ont été remis en liberté à l’issue de leur garde à vue, selon une agence de presse agricole.

« Six personnes, trois hommes et trois femmes, ont été interpellées mardi 19 novembre au matin dans ce dossier, a-t-on appris de sources concordantes. Après 96 heures de garde à vue, ils étaient en cours de présentation vendredi après-midi à un juge d’instruction à Bourg-en-Bresse et devraient être mis en examen pour « incendie volontaire et association de malfaiteurs », précise le procureur de Bourg-en-Bresse, Christophe Rode. Le parquet a requis la détention provisoire pour plusieurs d’entre eux ».

« Les quatre interpellés, décrits comme socialement insérés, sont originaires de Lyon et sa région. Ils nient les faits qui leur sont reprochés, même s’ils se revendiquent d’une mouvance écologiste radicale. »

Au moins six foyers d’incendie avaient été allumés aux abattoirs d’Hotonnes dans la nuit du 27 au 28 septembre 2018. Les dégâts avaient été très importants. Les locaux avaient été en grande partie détruits par les flammes (25000 mètres carré) et les 80 salariés mis au chômage technique. Les flammes n’avaient pas épargné la charcuterie et la salle de découpe, ainsi que les bureaux administratifs. l’activité n’avait pu reprendre que trois mois plus tard.

« Gesler, c’était 12000 animaux abattus par an, 30 millions d’euros de chiffre d’affaires, mais surtout un modèle de qualité et un partenaire précieux pour les éleveurs Jurassiens », d’après la Voix du Jura.

 

[Repris de la presse, 22.11.2019]

This entry was posted in Actions directes, Répression and tagged , , , , . Bookmark the permalink.