Allemagne : Chronique de la guerre sociale (5-22 avril 2019)

22 avril 2019, Hambourg : « plutôt voleur qu’électeur » (à bas la politique!)

Dans la nuit du dimanche de Pâques, trois permanences de partis politiques ont été défigurées par des tags et des gribouillis de peinture à Hambourg. Certains inscriptions laissées par les vandales disaient « va voler plutôt que d’aller voter ». Les partis ciblés sont Les Verts  et les Nouveaux Libéraux (« die Neuen Liberalen ») dans la Schwarzenbergstraße, mais aussi la gauche de « Die Linke » à Wallgraben. Les locaux de ces trois partis ne sont éloignés que de quelques centaines de mètres les uns des autres.


18 avril 2019, Essen (Saxe) : trois véhicules de propagande en moins pour l’AfD

Dans la nuit de jeudi 18 avril, trois véhicules assurant la propagande du parti d’extrême-droite AfD sont partis en fumée. Les voitures désormais carbonisées étaient garées dans une cour intérieure fermée d’un ensemble d’immeubles, dans le quartier ‘Holsterhausen’. Les flics privilégie la piste criminelle et n’exclue pas une « motivation à caractère politique ».

[Via Chronik]


18 avril, Berlin : vitres pétées au bureau du SPD de Prenzlauer Berg

Dans la nuit du 18 avril, les vitres du bureau de Tino Schopf ont été détruites. Le communiqué mentionne le rôle du parti dans les menaces d’expulsion qui pèsent sur divers espaces alternatifs, tels que « Potse, Liebig34, Kadterschmiede, Meuterei, Syndikat ». « La répression doit avoir des conséquences. Pour ceux qui l’exercent. […] Parce que son pote de parti à la chambre des députés, Tom Schreiber, annonce l’incarcération d’Isa, qui habite à la Rigaer94. Comme chacun sait, Tom Schreiber ne se préoccupe pas de la prétendue séparation des pouvoirs de la démocratie, selon laquelle la justice est responsable de la privation de liberté. Il annonce des arrestations sur son compte twitter. Nous ne nous préoccupons pas non plus de la démocratie, dont nous n’attendons rien hormis de la violence, comme ce fut le cas dernièrement lors de l’occupation de Bizim Bakkal ».

[Via Chronik]


11 avril, Berlin : vitres détruites à la Commerzbank

« Contre les expulsions – pour des espaces libres.

Dans la nuit du 10 au 11 avril, nous avons détruit les vitres de la Commerzbank de la Konrad-Wolf-Straße. Nous souhaitons ainsi exprimer notre rage contre les relations imposées par le capitalisme qui cherchent à nous empêcher d’organiser une vie en liberté. Il faut voir les évictions urbaines comme partie intégrante de ce système et donc qu’il faudrait y remédier par l’attaque. C’est aussi dans ce sens qu’il faut voir notre action. Nous nous montrons solidaires de Potse, Meuterei, Liebig 34, Syndikat, Großbeerenstraße et tous les autres projets menacés d’éviction ou d’expulsion […] ».

[Via Chronik]


5 avril 2019, Berlin : Les pompiers (bénévoles ou professionnels) n’empêchent pas la voiture de maton de cramer…

Vers 00h35, dans la nuit du 4 au 5 avril, un citoyen a remarqué des lueurs en train de s’échapper d’une voiture à Friedrich-Olbricht-Damm, dans le quartier de Charlottenburg. Il a immédiatement donné l’alerte aux pompiers, tout en tentant d’éteindre lui-même les flammes. Mais ni le témoin ni les pompiers en intervention n’ont pu empêcher la voiture VW Beetle de cramer entièrement. Une voiture de marque Mazda garée juste derrière a été endommagée par la chaleur des flammes. Selon les informations de la Berliner Zeitung, la voiture volkswagen Beetle incendiée appartenait à un gardien de prison.

This entry was posted in Actions directes, Anti-électoral, Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers, Feu aux prisons and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.