Villejuif, France : Guerre au shérif et à ses cowboys !

Tôt mercredi 23 janvier à Villejuif (Val-de-Marne), quatre voitures sérigraphiées de la police municipale ont été incendiées dans la cour de l’Hotel-de-Ville, juste en face du nouveau poste de police municipale, là où ils étaient stationnés.. Deux jours auparavant, c’est le véhicule du maire qui était parti en fumée.

Version différente de l’AFP, 23.01.2019, concernant le lieu où étaient stationnés les quatre véhicules: « Plusieurs personnes se sont introduites dans la cour du commissariat un peu avant 6h du matin, quelques minutes après l’ouverture des grilles par le gardien. « Ils ont versé du liquide inflammable, ont mis le feu, et les quatre véhicules ont brûlé, par propagation », d’après « une source proche de l’enquête » . Les incendiaires ont pu s’enfuir sans soucis.

Dans la nuit de dimanche à lundi 21 janvier, c’est le véhicule du maire de la ville, Franck Le Bohellec (LR), qui avait été incendié alors qu’il était garé dans la rue du 11-Novembre, juste à côté de son domicile.

D’après Le Parisien (21.01.2019): « C’est bien le seul véhicule qui a été incendié dans la rue. La voiture située juste à côté a été endommagée mais par propagation. D’après une source proche de l’enquête, ce feu ne s’inscrit pas dans la série d’incendies [de voitures] qui inquiète les habitants notamment cité Vercors et rue Pasteur. »

La voiture du maire en train de cramer…

C’est la troisième fois en quelques semaines que l’élu et ses proches semblent visés: la vitre de la voiture de la femme du maire avait été brisée il y a quelques semaines. Rien n’avait été volé ce qui excluait la piste crapuleuse. A la fin décembre, la permanence de l’association politique de Franck Le Bohellec avait eu ses vitres fracassées. Des palettes et un sapin avaient été retrouvés dans ce local situé rue Sevin, laissant à penser qu’un feu était prévu.

Alors que le maire pense que tout cela pourrait être « le fait d’opposants politiques ou de voyous », ce qui est sûr c’est que la municipalité met le paquet au niveau répressif. Elle a récemment renforcé les moyens de maintien de l’ordre et de surveillance, en allouant un budget faramineux à ses flics et le système de vidéo-surveillance de la ville.

La mairie de Villejuif a en effet dépensé un million d’euros pour la sécurité : « principalement financé par la ville, Villejuif a bénéficié d’une aide de l’Etat de 28.000 euros au titre du fonds interministériel de prévention de la délinquance. Et dans le cadre du « Bouclier de sécurité » [1], la région a participé à hauteur de 100.000 euros pour la vidéosurveillance et de 40.000 euros pour la rénovation des locaux et l’équipement des policiers: gilets pare-balles, véhicules, bâtons de défense, etc. » (Les Echos, 27.11.2018).

Les effectifs de la police municipale de la ville ont été augmentés: fin 2018, ils sont passés de 28 à 40 agents. 

Villejuif s’est par ailleurs équipée de 18 caméras de vidéosurveillance qui seront contrôlées par le nouveau centre de supervision urbain (avec des horaires de service étendues pour les agents de 8h à 3h du matin, 7/7 jours). Huit autres seront installées avant la fin 2018, pour atteindre 60 caméras fin 2019. La police municipale se dote également d’une brigade canine et devra mener des actions « pédagogiques » auprès des gosses.

Rappelons qu’en novembre 2015, c’est la mairie qui avait cramé. 

[Reformulé à partir de divers articles de presse]

NdSAD:

[1] D’après Les Echos (27.11.2018): « Le Bouclier de sécurité, mis en place par la présidente de la région, Valérie écresse, en janvier 2016, permet de cofinancer la modernisation des équipements des polices municipales, l’aide à la construction et à la rénovation des commissariats et le soutien à l’installation de la vidéoprotection. Doté d’un budget de 22 millions d’euros en 2018 et en augmentation constante, il devrait atteindre 25 millions en 2019. Depuis 2016, la région a ainsi participé à l’équipement en vidéoprotection de 167 communes et intercommunalités pour plus de 13 millions d’euros, permettant le cofinancement de 3.353 caméras de surveillance. « De plus en plus de maires font appel à nous et, jusqu’à présent, nous avons réussi à financer tout ce que les municipalités nous ont demandé », affirme Frédéric Péchenard, vice-président de la Région Ile-de-France chargé des questions de sécurité. »

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Anti-électoral, Contre la société de contrôle et de surveillance, Répression and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.