Rothau (Bas-Rhin) : Contre le virus policier

Depuis deux semaines, à Rothau, petite ville du Bas-Rhin d’un peu moins de 1600 habitant-e-s, des banderoles et des tags sont apparus sur les murs et les façades. Disons-le d’emblée, ces messages n’ont strictement rien à voir avec le fait de respecter le confinement et de frapper dans ses mains tous les soirs à 20h pour rendre hommage aux « héros du quotidien en première ligne contre le virus » (soignants, éboueurs et même les forces de l’ordre). Ni même avec une « protestation » confinée, peu importe que ce soit contre le mauvais gouvernement qui prend pas assez soin des pauvres et des exploités ou bien de pseudo-solidarité avec les prisonniers en frappant dans des casseroles à sa fenêtre.

Mais alors, qu’a-t-il pu se passer dans cette bourgade habituellement si paisible pour que certain.e.s réfractaires à l’assignation à résidence générale se mettent soudainement à afficher au grand jour le nom et prénom d’un flic de la mairie ?

Et bien tout simplement le fait d’en avoir plus qu’assez des contrôles et des amendes à répétition par ces laquais de l’ordre… et en particulier par un de ses uniformes qui, sans doute, prend sa sale besogne beaucoup trop à coeur, persuadé d’incarner le nouveau sauveur de la Nation face à l’épidémie. Il saura à l’avenir que de se comporter comme le cowboy du shérif local peut lui valoir quelques soucis, en plus du fait de lui rappeler ce qu’il est réellement: un virus bien plus présent que le coronavirus, qui pourrit notre quotidien.


Confinement : des banderoles et des tags visent le policier municipal de Rothau dans le Bas-Rhin

Depuis deux semaines, des banderoles et des tags ont mis en cause le policier municipal de Rothau dans la vallée de la Bruche. La première banderole a été déployée il y a une quinzaine de jours sur les murs de la salle des fêtes, en plein centre du village. Une deuxième a été accrochée quelques jours plus tard. Des tags ont aussi été peints sur la route et sur une façade de maison. Ces inscriptions visent directement le policier municipal de Rothau en indiquant son nom et la phrase « t’es un virus ». 

« Au départ, nous ne voulions pas faire de bruit autour de cette affaire, mais nous avons quand même porté plainte, explique le maire de la commune Marc Scheer. Les gens ne peuvent pas faire n’importe quoi. C’est normal que le policier municipal fasse respecter le confinement. Il faut aussi continuer à sensibiliser les gens sur le sujet ».
Marc Scheer sait de quoi il parle. Médecin à la retraite, il continue à donner des coups de main  dans un Ehpad particulièrement touché par le coronavirus.
Depuis, plusieurs jours, des abus avaient été constatés dans la commune de Rothau. Ils étaient de plus en plus nombreux à ne plus respecter le confinement. Plusieurs familles avaient notamment fêté un anniversaire ensemble. Certains avaient été verbalisés par les gendarmes.

La gendarmerie de Schirmeck mène l’enquête. Elle a notamment réalisé des prélèvements ADN sur les banderoles pour essayer d’en retrouver les auteurs.

[Repris de France Bleu Alsace, 4 mai 2020]

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance, Répression and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.