Hambourg, Allemagne : Des profiteurs de la taule attaqués. La flotte de Car2go et DriveNow sabotée – 17 et 18 décembre 2019

Hambourg : des profiteurs de la taule attaqués. La flotte de Car2go et DriveNow sabotée

Ces dernières nuits, (17 +18.12.), des voitures de car2go et DriveNow ont été dégradées dans différents quartiers de Hambourg. Les pneus ont été crevés, les vitres défoncées et les véhicules recouverts de peinture.

« SHARE NOW » est le nom de la nouvelle entreprise d’auto-partage qui réunit car2go et DriveNow sous la même enseigne. La fusion des deux services fait de SHARE NOW le principal fournisseur mondial d’auto-partage en free-floating. Dans 30 tropoles d’Europe et d’Amérique du nord, il met à disposition une flotte de plus de 20.000 véhicules.“

SHARE NOW est une filiale de BMW Group et Daimler AG, qui toutes deux profitent de la taule en faisant travailler pour leur compte des personnes enfermées. La taule ne sert pas seulement à intimider et à mettre sous clef les indisérables de la société. Depuis longtemps déjà, le système carcéral est une affaire rentable pour beaucoup d’entreprises. Il n’y a par exemple pas de salaire minimal pour les prisonnier-e-s, les grandes boites comme Daimler et BMW voient donc en elles et eux de la main-d’oeuvre bon marché. Grâce à leur position de monopole dans les taules, des supermarchés comme Edeka et des opérateurs de téléphonie comme Telio peuvent refourguer leurs marchandises à des prix excessivement élevés. Par ailleurs, les entreprises de BTP et les architectes, les entreprises de sécurité et les fabricants de technologies de sécurité, comme beaucoup d’autres, tirent bien-sûr aussi profit de la taule.

Si nous voulons détruire la taule et libérer les prisonnier-e-s, il n’est malheureusement pas si facile de faire exploser ou de réduire les murs en cendres. Mais nous pouvons en revanche attaquer les entreprises et les personnes qui font en sorte que le système carcéral fonctionne, et qui en profitent. C’est une manière pratique de montrer de la solidarité avec les prisonnier-e-s. De plus, c’est une proposition de lutter contre les taules et la société qui en a besoin. C’est aussi un acte d’autodétermination, en bafouant les règles que protègent des organes répressifs tels que la prison et, à contrario, en ne se laissant pas intimider en permanence par la menace de la taule. Si nous laissons la peur de la prison limiter nos actions, nous remarquons que la taule fait son effet dans nos têtes. Lorsque nous enfreignons malgré tout les lois, la taule perd un peu de son efficacité.

La taule n’est pas la seule à permettre à l’État d’opprimer sa population. La ville en tant que telle est aussi conçue pour contrôler les gens. Dans un processus qui s’accélère, cest particulièrement optimisé par les technologies. L’objectif est une taule à ciel ouvert, alias la smart-city, dans laquelle tous les coins de rue sont filmés et le moindre pas des habitant-e-s surveillé. Cette stratégie fonctionne particulièrement bien parce que les gens y participent volontairement et, tels des cobayes, installent volontiers les applications sur leur smartphone. Ils et elles se connectent ainsi avec les projets de la smart-city et fournissent des données qui facilitent le contrôle extérieur sur leur propre vie. La mobilité partagée est l’un des projets parmi d’autres de la smart-city, offrant aux gens la possibilité de passer d’un véhicule à un autre et, ainsi liés par la laisse de leurs applications, de fournir aux multinationales comme Daimler et BMW des données, par exemple sur où ils et elles se trouvent et à quel moment. Ces entreprises sont les principaux acteurs et profiteurs de la smart-city, entre autres avec leurs nouvelles offres reliées sous le nom YOU NOW. En font partie les applications REACH NOW, avec laquelle les différents moyens de transport peuvent être combinés; PARK NOW est un système „smart“ de coordination pour les places de parking dans la ville; CHARGE NOW, pour charger la voiture électrique; FREE NOW, pour les taxis par transaction électronique et SHARE NOW avec laquelle on peut s’inscrire pour des voitures de location. Ainsi, Daimler et BMW non seulement smartisent avec leurs nouveaux services différents aspects de la circulation dans la ville, mais elles obtiennent en outre des quantités considérables de données de leurs client-e-s.

Dans les visions des géants de la technologie, il n’y a plus que des voitures roulant toutes seules, et en „partage“. Roulant toute seules signifie qu’elles filment en permanence leur environnement et en partage veut dire qu’elles sont reliées à tous les utilisateurs et toutes les utilisatrices, rendant leurs données encore plus accessibles. Les véritables objectifs de la smart-city, davantage de contrôle et de profit, sont sans cesse occultés par les mensonges verts. Au moins depuis le mouvement des Fridays For Future, le greenwashing est la stratégie de marketing préférée et la plus efficace. Nous soutenons le fait que des personnes se retrouvent en cercles d’ami-e-s ou dans le voisinage pour partager des voitures. Mais la guerre doit être déclarée sans trève contre les projets de smart-city.

En effet, dans cette sorte de ville la taule serait de moins en moins nécessaire pour nous priver des libertés que nous avons encore. Il serait toujours plus difficile de transgresser les règles qui nous sont imposées. N’en arrivons pas là. Attaquons et dépassons le système qui a besoin de taules (à ciel ouvert) !

Solidarité avec les trois du banc public !
Feu à toutes les prisons – Liberté pour tou-te-s les prisonnier-e-s !
Attaquons la smart-city !

Ici une liste von d’autres profiteurs et profiteuses et la taule à consulter de préférence avec TOR Browser :
https://ggboberlin.blackblogs.org/clickandact/profiteurinnen/

 

[Traduit de l’allemand d’indymedia, 19.12.2019]

This entry was posted in A bas le travail, Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.