Contre les politiciens, contre tout gouvernement – Du 27 février au 3 mars 2020 [Mise-à-jour, 3 mars 2020]

Carhaix (Finistère) : Pas besoin d’étiquette pour être dans le viseur – 3 mars 2020

La permanence de campagne de Jérôme Yvinec, tête de liste de « Un temps d’avance pour Carhaix-Plouguer » a été taguée dans la nuit de lundi 2 au mardi 3 mars. « 49.3 en loucedé », « ça va péter ! » « ou encore « LREM dégage » pouvait-on lire sur la vitrine du local, situé rue Général-Lambert, dans l’artère principale de Carhaix. Contacté ce mardi 3 mars, Jérôme Yvinec condamne fermement cet acte. « Nous ne sommes apparentés ni LR, ni LREM, ni France Insoumise. Est-ce si difficile à comprendre ? Nous sommes juste une liste sans étiquette qui veut œuvrer pour le territoire, au-delà des clivages politiques ». (LeTélégramme, 03.03.2020)

Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) : le député, un ennemi bien identifié – 2 mars 2020

La permanence du député LREM Jean-Pierre Pont a une nouvelle fois été attaquée dans la nuit de dimanche à lundi. Des tags à la peinture noire ont été tracés sur les vitres du local. Par ailleurs, des coups ont été portés sur chacune des vitres, laissant un impact blanc au milieu.
Début Janvier, sur DeltaFM, il avait provoqué la colère des manifestants dans la France entière après avoir qualifié certains actes grévistes de “terrorisme”. Deux personnes ont été arrêtés pour cette attaque. Elles sont également accusées pour d’autres faits similaires au cours de cette même nuit.
En septembre dernier, la permanence de ce même politicard avait déjà été prise pour cible.



Caen (Calvados) : saccage de la permanence du maire sortant … et les vandales forcent le député ‘En Marche’ à fermer sa permanence – 1er et 2 mars 2020

Suite au recours au 49.3 pour faire passer la réforme des retraites, une manif sauvage a eu lieu samedi soir en centre-ville. La permanence de campagne du maire actuel Joël Bruneau (LR, soutenu par LREM) a été la cible de jets d’oeufs. Le lendemain, quelques centaines de personnes défilent de nouveau docilement derrière le camion syndical. Quelques personnes s’en sont échappées pour saccager la permanence de Joël Bruneau, au 9 rue Demolombe. Le local de campagne de Joël Bruneau, maire de Caen et candidat aux élections municipales, a été saccagé. La vitrine de la permanence a été brisée et une trentaine de personnes se seraient introduites pour renverser le matériel de campagne, vider les étagères et détruire le mobilier. Deux membres de l’équipe de campagne qui se trouvaient à l’intérieur ont pris la fuite quand ils se sont rendus compte que la tension montait en queue de manifestation.
Joël Bruneau, qui brigue un second mandat sous l’étiquette Les Républicains et qui a ouvert sa liste à des personnalités de La République en marche doit porter plainte lundi.

La permanence du député LREM du Calvados, Fabrice Le Vigoureux, a également été vandalisée. Plusieurs tags concernant le 49-3 ont été inscrits sur la porte et les volets, comme « le 49.3, on n’en veut pas ». Suite à cette dernière visite, le député a annoncé fermer définitivement sa permanence parlementaire située au 6 rue Sadi Carnot en centre-ville de Caen. Il précise que cette décision est le résultat « de nombreux actes de vandalisme, de menaces et d’intimidations » envers les personnes qui l’hébergent, envers ses collaboratrices et son voisinage de la rue Sadi Carnot. Dans son communiqué de presse, Fabrice Le Vigoureux continue : « Mes propriétaires, qui habitent et travaillent dans l’immeuble, leur famille et les autres locataires subissent depuis de longs mois de la part de petits groupes violents des dégradations répétées (déjections, tags, murs de poubelles), insultes et tentatives d’intrusions violentes. » (France3, FranceBleu, et un journal caennais 01 et .03.2020)


Agen (Lot-et-Garonne) : Le dialogue parlementaire en prend un coup (même plusieurs) – 1er mars 2020

Située rue Jeanne-d’Arc, la permanence du député LREM Michel Lauzzana a reçu une visite pleine de rage dans la nuit entre samedi 29 février et dimanche 1er mars. Sa plaque de député a été cassée et les deux vitres de la porte d’entrée étoilées.
L’élu s’est offusqué sur son compte Twitter, estimant que « la violence ne peut être tolérée en démocratie et n’est jamais un moyen pour faire avancer ses idées. Ma porte est toujours ouverte pour le dialogue » (SudOuest, 02.03.2020)


Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) : la permanence du maire trashée – 1er mars 2020

Graffitis, autocollants, jets de farine, serrure bouchée… A Bayonne, le local de campagne de Jean-René Etchegaray, maire sortant et tête de liste aux élections municipales, a été pris pour cible dans la nuit du samedi 29 février au dimanche 1er mars.
Le A cerclé symbole des anarchistes et plusieurs mentions à la réforme des retraites ont été découverts, au petit matin, par des employés municipaux. Jean-René Etchegaray (UDI) conduit une liste composée de plusieurs membres de LREM.


Le Havre (Seine-Maritime) :  Aller chercher le premier ministre chez lui – 29 février 2020

Dans la soirée de samedi 29 février 2020, après l’annonce, à Paris, par Edouard Philippe de la volonté de recourir au « 49-3 » pour faire adopter par l’Assemblée nationale le projet de réforme des retraites, une manifestation a été aussitôt organisée au Havre, ville où dont le Premier ministre est l’ancien maire et où il est actuellement tête de liste aux élections municipales de mars 2020. La devanture de sa permanence a été recouverte de slogans hostiles. Une vitre a notamment cédé sous le poid d’un pavé lancé. Pendant que des poubelles étaient renversées et qu’une voiture garée devant était dégradée, des manifestants auraient tenté de rentrer dans la permanence. (Source : France3 Normandie, 01.03.2020)


Montélimar (Drôme) : la vitrine de la permanence du maire étoilée – 28 février 2020

Dans la nuit du 27 au 28 février 2020, la permanence de campagne de Franck Reynier (UDI/ Mouvement Radical), actuel maire de Montélimar et candidat à sa propre succession, a été attaquée : la vitrine principale ainsii que la porte d’entrée ont été étoilées, apparemment par des jets de projectile. Au moins huit impacts ont été relevés.
De petites dégradations avaient aussi été constatées en début de semaine sur la vitrine des locaux de campagne d’Alice Thourot (LREM) et Julien Cornillet (LR non-investi).


Figeac (Lot) : « Etats assassins » – 27 février 2020

Située au centre-ville de  rue Legendre, la permanence de la députée du Lot, LREM, Huguette Tiegna a une nouvelle fois été pris pour cible, dans la nuit de mercredi à jeudi. Cette fois, des tags de couleur jaune ont notamment été inscrits sur la vitrine. On peut notamment y lire « Etats assassins ».


Pontivy (Morbihan) : la permanence électorale de la maire-adjoint LR reste porte close – 27 février 2020

« Mauvaise surprise, ce jeudi, pour Soizic Perrault, candidate aux élections municipales à Pontivy. Un ou plusieurs individus ont injecté de la colle dans la serrure de la porte donnant normalement accès à sa permanence, au 81, rue Nationale. Après avoir constaté cet acte de vandalisme, Soizic Perrault a alerté les gendarmes qui ont effectué différents relevés. Une plainte doit être déposée. En attendant, Il est impossible d’entrer dans le local. » (LeTélégramme, 27.02.2020)

This entry was posted in Actions directes, Anti-électoral and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.