Munich, Allemagne : Sabotage incendiaire de faisceaux de câbles sur deux ponts – 19 décembre 2019

Munich : Des câbles de fibre optique de Vodafone et des services de la ville incendiés

Dans la nuit du 19 décembre à Munich, nous avons paralysé par le feu les deux principaux câbles [de fibre optique] de Vodafone et des services techniques de la ville sur deux ponts de l’Isar. Ces câbles alimentent, outre les grosses entreprises comme BMW, la centrale thermique-nord des services municipaux de Munich. L’objectif était de causer le plus de dégâts matériels possibles pour s’attaquer de manière concrète à la politique climatique dominante.

Le charbon brûlera encore pendant de nombreuses années dans la centrale thermique-nord pour produire de l’électricité et du chauffage urbain. La ville de Munich ignore systématiquement le référendum ayant acté sur le fait de ne pas poursuivre l’exploitation du charbon, car cette centrale est censée rester sur le réseau en tant que réserve principale. Les services municipaux n’ont que pour seule possibilité de provoquer une flambée des coûts s’ils comptent mettre la centrale à l’arrêt de manière prématurée.

Nous ne pouvons pas évaluer avec exactitude l’ampleur des perturbations causées par nos petits incendies. Dans les rares articles de journaux, on parle de plusieurs jours de travaux nécessaires pour les réparations et de dégâts matériels supérieurs à 100.000 euros.  

L’abandon du charbon est un travail manuel.
Abolissons le capitalisme.
Coupons le jus des tueurs du climat.

Salutations enflammées aux trois du banc public.

[Traduit de l’allemand d’indymedia, 30.12.2019]


Extrait de l’article de l’Abendzeitung, 20.12.2019:

« Les tuyaux noirs épais qui passent par le pont Leinthaler et le pont Herzog-Heinrich à Oberföhring sont à peine visibles. Ils sont fixés aux parois extérieures des ponts. A l’intérieur se cachent des brins entiers de câbles de fibres optiques de l’épaisseur d’un pouce. Ceux-ci alimentent en internet haut-débit les grandes entreprises à Oberföhring – comme les stations de télévision, l’institut technologique de la radiodiffusion (centre de recherche de diffusion audiovisuelle allemande, autrichienne et suisse), la radio bavaroise (Bayerische Rundfunk) et même les foyers d’habitant.e.s. Les câbles transportent d’énormes quantités de données.
Dans la nuit de jeudi 19 décembre, ces câbles ont été la cible d’un incendie, qui a pu se déclencher avec un produit incendiaire, probablement avec de l’essence. La police part du principe qu’il s’agit d’un acte délibéré. […]
A 5h du matin, plusieurs témoins ont signalé de la fumée sur le pont Leinthaler. Les pompiers sont intervenus et ont éteint le feu. Ils se sont très vite aperçus qu’ils ne pouvaient pas s’agi d’un défaut technique. Non seulement les câbles du pont Leinthaler ont été complètement brûlés et ont même fondu, mais ils l’ont aussi été 50 mètres en amont sur le pont Herzog-Heinrich. »
La police estime les dégâts à plus de 100.000 euros. Selon un porte-parole, les services municipaux de la ville n’ont pas été touchés (sic).
Un techncien de Vodafone assure que les réparations dureront plusieurs jours. Les deux ponts ont été fermés pour la durée des travaux.

Un article de la Süddeutsche Zeitung rappelle qu’en mars 2019, un sabotage similaire avait eu lieu à Munich contre une conduite de câbles qui longent le pont John-F.-Kennedy. Là encore, les installations appartenaient à Vodafone.

Conduite de câbles visée par l’incendie sur l’un des deux ponts qui traversent l’Isar

 

This entry was posted in Actions directes, Contre la science et la technologie and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.