Paris : La préfecture sort l’artillerie lourde pour ce jeudi 5 décembre 2019

Dans un article de pure propagande policière publié par le média Marianne ce mardi 3 décembre, qui détaille le lourd dispositif des forces de l’ordre mis en place par la préfecture de Paris pour la journée du jeudi 5 décembre 2019, on apprend quelques faits intéressants qui se sont produits lors du samedi émeutier du 16 novembre dernier pendant un énième acte des « gilets jaunes »

Que par exemple, lors des affrontements place d’Italie, « la salle de commandement de la Préfecture s’est retrouvée en grande partie « aveugle » place d’Italie, de nombreuses caméras de vidéosurveillance de la place ne répondant plus. Vérifications faites, une armoire électrique centralisant l’alimentation des caméras fixes, aux abords de la place, a été sabotée en cours de manifestation. »
Le préfet Lallement, en annonçant toute une série de mesures contre-insurrectionnelles (parmi lesquelles le survol du ciel parisien par trois drones), prévoit entre autres de parer à ce type de sabotage à la source en « pré-implantant de nouvelles « caméras tactiques » en toute discrétion, [qui] devraient permettre à la salle de commandement de toujours surveiller certains points stratégiques, y compris si les caméras fixes sont dégradées ou privées d’alimentation électrique ».

Le 16 novembre a été l’occasion d’expérimenter une nouvelle technique de sabotage contre le maintien de l’ordre: l’apparition de « films plastiques », tendus en travers de certaines rues, dans le but de faire chuter des motards de la police, surpris par ces fils transparents. « Le 16, nous avons aussi constaté des dispersions de cônes métalliques et des clous destinés à crever les pneus des motos de la police », glisse une autre source en préfecture.

Enfin, l’article nous apprend que la capitale absorbera à elle toute seule la moitié des forces de l’ordre françaises, puisque cinquante-cinq unités lourdes seront déployées dans Paris (l’ensemble du territoire en comptant au total 160. Donc, compte tenu des congés et des repos, 120 à 130 opérationnelles à l’instant T .

Concernant les zones interdites: « La principale va de la porte Maillot à la place de la Concorde sur l’axe des Champs-Elysées, englobant l’Élysée et intégrant la zone Haussmann des grands magasins. Une autre entoure le Trocadéro, le pont d’Iéna, la Tour Eiffel et le Champ-de-Mars. Une troisième zone couvre l’esplanade des Invalides et s’étend à l’Assemblée nationale et à Matignon. Ces périmètres seront interdits à toute manifestation, sous peine d’amende. Pour couvrir ce vaste secteur, la préfecture prévoit l’immobilisation de vingt-neuf unités de CRS ou de gendarmes mobiles, épaulées par six unités de [motards de la] BRAV. Le reste des forces disponibles, soit vingt-six unités lourdes et dix BRAV sont positionnées autour des deux axes de manifestation prévus, rive droite, avec convergence place de la République, et dispersion place de la Nation. »

Le préfet Lallement réclamait encore plus de flics sur Paris pour cette journée (soit 10 unités de plus), mais « il a du revoir sa copie », car l’Etat doit aussi maintenir l’ordre dans les nombreuses villes de province.

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance, Grève générale, Répression and tagged , , , . Bookmark the permalink.