Thoune, Suisse : Incendie de deux bagnoles de Securitas, rouage central de la machine à expulser

Deux voitures de l’entreprise « SECURITAS » ont été livrées aux flammes dans la nuit du 30 avril au 1er mai à Thoune. C’est une réaction aux diverses activités excutées par cette entreprise.

En voici quelques exemples:

SECURITAS réalise une grosse part du transport des prisonniers aux côtés des CFF, c’est-à-dire qu’ils transportent les prisonniers dans les cages d’une prison à l’autre ou conduit à l’aéroport sous la contrainte les personnes qui doivent être expulsées et les y dépose. Elle porte donc une lourde responsabilité au sein de la machine à expulser et à enfermer. Les gens traîtés comme des produits puis triés et détruits selon la logique capitaliste.

Elle assure la sécurité dans les camps fédéraux ainsi que dans de nombreux centres d’asile. Elle est en grande partie responsable de l’enfermement des demandeurs d’asile. Dans ces centres, SECURITAS impose des règlements stricts, semblables à ceux des prisons. Il y a des contrôles à l’entrée et à la sortie, les gens doivent bien montrer un ticket de caisse pour les biens qu’ils veulent emporter avec eux, la nourriture n’étant pas autorisée. Ce ne sont que quelques exemples. SECURITAS contrôle, surveille, s’enrichit en enfermant les gens.

Grâce à son travail en tant qu’organe de sécurité privée, elle contribue à l’augmentation croissante de la surveillance et du contrôle qui est censée éliminer tout ce qui ne correspond pas  aux normes en vigueur. Par exemple, entre 2008 et 2009, SECURITAS a, pour le compte de Nestlé, espionné avec deux agent.e.s deux groupes d’activistes de Lausanne.

Elle n’est qu’un des nombreux visages des autorités de ce monde qui oppriment notre liberté.

Ce ne sont que quelques exemples d’une liste de raisons beaucoup plus longue, c’est pourquoi nous avons décidé la nuit dernière de lui causer des dégâts relativement faibles.

Cette action est une petite contribution d’une vaste lutte contre les prisons, les camps, les cages et leur monde, menée partout de différentes façons. Par exemple également contre l’agrandissement de la prison de Bässlergut à Bâle, contre laquelle existe une résistance large. Ou à Afrin et dans le nord de la Syrie, où les gens se défendent contre l’oppression et l’expulsion de l’armée turque et des groupes djihadistes et construisent une société autodéterminée. Nous envoyons des salutations solidaires à tou.te.s ces combattant.e.s et beaucoup de force dans la lutte contre l’oppression et la domination.

[Traduit de l’allemand de Barrikade.info]

This entry was posted in Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance, Contre les frontières, Feu aux prisons and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.