Allemagne : Les brèves de fin d’année et pour bien commencer 2018 …

Leipzig : Attaque incendiaire contre les forces répressives de l’Etat

Notre feu contre leur répression !

Pendant qu’à plein d’endroits on fêtait dans le vacarme la nouvelle année en trinquant jusqu’à plus soif et en rabâchant promesses et vœux, comme si toute la merde du passé pouvait simplement être balayée par une coupe de champagne, nous avions notre propre feu d’artifice : profitant de l’occasion, nous nous sommes introduit.e.s dans la zone de Witzgallstraße, chargé.e.s d’engins incendiaires, et avons laissé nos vœux de bonne année aux flics et au procureur. A cet endroit, les autorités répressives unissent leurs force pour remettre les jeunes « criminels » dans « le meilleur des mondes » et les intégrer au système et à sa logique d’exploitation.

Nous avons, au cours des derniers mois, assez fait l’expérience de ce que représente les fondements d’une telle société : beaucoup d’événements se sont déroulées, que nous avons vu avec pas mal d’inquiétude, beaucoup de rage et d’incompréhension. D’une part il y a – pour ne donner que quelques exemples :

  • la nouvelle réforme qui restreint un peu plus le droit d’asile, qui était de toute façon déjà inhumain.
  • Les nouvelles lois sur les flics et leur réarmement.
  • L’acceptation de l’AfD et la droitisation de la société en général.
  • Le G20 et ses conséquences : campagne de dénigrement et de calomnie, perquisitions, chasse à l’homme, publication publique d’avis de recherche, tentative d’établir des clivages, désolidarisation…
  • l’interdiction d’indymedia linksunten

D’autre part, il y a notre propre paralysie et le sentiment d’impuissance voir l’absence de tollé qui auraient du suivre face à l’arbitraire permanent et au tourbillon qui nous entraîne toujours plus dans une vie de surveillance totale et d’un Etat policier menaçant. Nous sommes bien conscient.e.s que le fait de sortir de cet état d’impuissance ne fera ni vaciller ni s’effondrer l’ordre étatique. Mais nous n’entendons nullement attendre et exprimer notre critique des conditions existantes dans la tranquillité d’une cave.

Nos salutations vont à toutes les personnes incarcérées en lutte qui ne se laissent pas briser et persévèrent, à toutes les personnes qui ne consacrent pas leur énergie aux dominants et aux puissants mais qui sont en quête d’une vie libre et d’une liberté sans borne !

Des autonomes (A)

[Traduit de l’allemand de Indymedia Deutschland, 01.01.2018]


Tübingen : Attaque du poste de police au sud de la ville

Dans la nuit du 2 janvier 2018, le poste de police au sud de la ville a été recouvert de peinture. « Comme on pouvait s’y attendre, outre la répression liée au G20 et à la nouvelle loi protégeant un peu plus la police, l’année 2017 a donné de nombreuses raisons pour cette action ».

A travers leur communiqué, les assaillant.e.s tiennent à préciser qu’il n’est pas question de « demander une meilleure police, mais son abolition à long terme ».


Berlin : l’année commence bien pour les sociaux-démocrates du SPD…

Durant la nuit de la St-Sylvestre, deux bureaux parlementaires du SPD ont eu leurs vitres brisées. A Lichtenrade, le bureau de la députée Melanie Kühnemann a été attaqué à coups de parpaing, tandis qu’à Gropiusstadt (au sud de la ville), c’est le bureau de la députée Karin Korte, situé Lipschitzallee, qui a perdu une vitre.


Elsterberg (Saxe) : Feu à l’antenne-radio (ou comment faire bonne usage des feux d’artifice)

Dans la nuit du réveillon, dans cette petite ville de Saxe, des anonymes se sont introduits dans la station de base localisée, dans l’arrondissement de Vogtland, ont grimpé au mât et allumé des fusées. C’est de cette manière que les câbles posés ont pris feu.


Stuttgart : attaque à la peinture du siège régional (Bade-Württemberg) de la police criminelle

La façade du siège des enquêteurs de police a été bombardée de peinture dans la nuit du nouvel an. Les raisons de cette attaque, détaillées via un communiqué, sont multiples et pour une grande partie en lien avec la répression post-G20 : multiples perquis’ de centres sociaux et d’habitations, appel à la délation publique des flics, aggravation des peines pour les attaques contre la police, etc… Le communiqué se conclut par « Feu et flammes à la répression ! Pour une perspective révolutionnaire et une société libre ! Vive la solidarité internationale ! »


Hambourg : Banderole en solidarité avec les personnes incarcérées pour la révolte du G20

En solidarité avec les prisonnier.e.s du G20, nous avons aujourd’hui (samedi 30 décembre 2017) suspendu une banderole sur le pont de l’autoroute A1 entre Billwerder et Moorfleet, tout à côté de la prison de Billwerder.

« Liberté pour tou.te.s les prisonnier.e.s – No G20 – United we stand »

Des personnes ayant participé aux manifs contre le sommet du G20 y sont toujours enfermées, en détention préventive ou purgeant dès à présent leur peine d’emprisonnement. Jusqu’à présent, la manière de mener les procès du G20 nous a montrée qu’il s’agit de condamnation politique plutôt que de procès de droit commun.

La préoccupation absolue de châtier à tout prix les gens représentant le désastre du G20 des dominants fait disparaître la moindre législation reposant sur le droit : des avis de recherche publics lancés à la pelle au mépris de tout droit à la personne et appel à la délation, des énoncés montés de toute pièce par la police, collecte de délits ou de longs mois en détention préventive. En même temps, la répression ne vise que quelques personnes. Ce sont pourtant toutes les personnes qui sont descendues dans la rue début juillet et qui se sont exprimées de différentes manières contre la politique du G20. On leur adresse à plus forte raison notre solidarité. Liberté pour tou.te.s les prisonnier.e.s ! United we stand !


Brême : visite incendiaire à l’entreprise des fachos

Dans la nuit du 26 décembre, quelques anonymes se sont rendus au siège de l’entreprise à béton THIELEN (Industriehafen 49), ont répandu de l’essence sur plusieurs engins avant de tout faire flamber. Plusieurs camions sont ainsi partis en fumée.

Les propriétaires de cette entreprise sont tous des membres du parti raciste de l’AfD. D’ailleurs, lors des dernières élections au Bundestag, THIELEN a mis sa logistique à disposition du parti.

voir une vidéo de cette attaque incendiaire


Hambourg : ça brûle chez le concessionnaire JEEP

Dans la nuit du 20 au 21 décembre 2017, neuf véhicules du concessionnaire JEEP ont été détruits par les flammes. D’après la police, il s’agirait dans sept cas d’incendies volontaires.

Si deux véhicules JEEP ont brûlé accidentellement en raison d’un défaut technique à

Langenhorn et à Rothenburgsort, ce n’est pas le cas à Wilhelmsburg, où un véhicule a été volontairement incendié. Les flammes ont embrasé un deuxième véhicule.

Mais c’est à Langenbek que le concessionnaire a subi les dégâts les plus importants : quatre véhicules ont été incendiés. C’est un citoyen qui a découvert les flammes et alerté les pompiers. Au total, trois véhicules ont été entièrement détruits par les flammes, qui ont eu le temps d’endommager sérieusement un quatrième. Il y en aurait, d’après les premières estimations, pour 80.000 euros de dégâts.

Tous ces véhicules ont brûlé en l’espace d’une heure, précisément entre 00h50 et 01h50.

Bien qu’il n’y ait eu aucune revendication, les flics supposent que ces incendies sont en lien avec la répression qui continue de cibler les émeutier.e.s présumé.e.s du contre-G20 (chasse à l’insurgé et appel à la délation, perquisitions à la pelle, etc), notamment à travers les récentes publications publiques de photos de participant.e.s à ces journées d’émeutes et de pillages. Une vidéo de cette nuit cauchemardesque pour JEEP est en ligne sur Chronik.

[Toutes ces brèves et communiqués ont été traduites de Chronik]

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance, Contre les frontières, Répression, solidarité and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.