Athènes, Grèce : Solidarité avec le compagnon Kostantino G arrêté

Athènes : le compagnon Kostantino G. arrêté

Selon des infos publiées sur Indymedia Athènes, le compagnon Konstantino G. a été arrêté et est suspecté par la police d’être impliqué dans les attaques au colis piégé qui a frappé l’ex Premier ministre et fonctionnaire du FMI Loukas Papadimos, qui a eu lieu en mai 2017. Cette attaque a provoqué de sérieuses blessures à Papadimos ainsi qu’à deux autres personnes qui l’accompagnaient dans la voiture où il se trouvait. Papadipous a été hospitalisé pendant un mois.

Le compagnon pris en otage a eu une blessure à la jambe dans les premières heures de samedi [28 octobre ; NdT] lors de son enlèvement par l’unité antiterroriste. Apparemment, Konstantino serait accusé de plusieurs délits. Le 29 octobre il est passé devant le juge des investigations préliminaires et il y a eu un rassemblement en solidarité.

Cette action répressive menée par les forces de l’État ne restera pas sans réponse et les compas qui luttent à l’international doivent être au courant de ce dernier coup.

Les médias du Capital disent, de source policière, que Konstantino était sous surveillance depuis deux semaines avant d’être capturé en possession de huit fausses cartes d’identité, deux pistolets, des munitions, et enfin un engin explosif fabriqué avec de la poudre noire avec un minuteur caché dans trois sacs de sport, un sac de poubelle et un sac banane. La police a aussi déclaré aux médias que le compagnon était en train de nettoyer une maison de planque louée sous un faux nom. La police le suspecte de liens avec la Conspiration des Cellules de Feu et l’accuse de nombreuses attaques aux colis piégés restés irrésolues, parmi lesquelles l’attaque contre le Ministre des finances allemand Wolfgang Schäuble [1]. Peu importe si Konstantino G. est coupable ou innocent de ces accusations, aucun compa ne sera laissé seul.e !

[Traduit de l’anglais de 325]

NdT :

[1] Attaque revendiquée qui a eu lieu le mercredi 16 mars 2017. Le colis piégé était confectionné d’un livre dans lequel se trouvaient des explosifs reliés par des câbles. Selon la police, le nom de l’envoyeur indiqué sur le paquet, était celui du conservateur grec Adonis Georgiadis, le vice-président du parti de La Nouvelle Démocratie et ex-ministre de la Santé. La veille (15/03/2017), la librairie de l’homme politique située à Athènes avait été la cible d’une attaque à la bonbonne de gaz. L’attentat a été déjoué par les services de la police allemande au service du courrier du ministère allemand des Finances.

This entry was posted in Répression, solidarité and tagged , , , , . Bookmark the permalink.