Engie étend ses tentacules technologiques pour toujours plus de domestication et de contrôle

[Un article de BFM Business daté du 13 mars 2019 nous apprend que l’entreprise énergivore Engie, déjà connue pour être impliquée dans la prestation de services de nombreuses prisons et centres de rétention, se perfectionne dans de nombreux domaines autre que celui de la production et de la distribution d’énergies (y compris l’industrie éolienne), comme par exemple l’aménagement du territoire pour des villes connectées appelées « smart cities » ou la mise au point de plateforme big data (sa filiale Ineo a été choisie pour réaliser celle de Marseille, cf communiqué renvendiquant l’incendie d’un véhicule Engie). Ainsi, elle devient un rouage toujours plus nuisible et mortifère de la domination]. 


« Engie poursuit sa diversification et prend pied dans les télécoms

Nouveau champ de bataille pour Engie. L’acteur spécialisé dans l’énergie poursuit en effet sa diversification, le groupe entend en effet peser dans la question des territoires connectés, à savoir l’éclairage connecté, la sécurité, le stationnement intelligent mais également la connectivité à travers des solutions multi-technologies.

Dans ce cadre, à travers son entité Ineo Digital, l’entreprise s’est offert en décembre dernier une participation minoritaire aux côté d’un autre actionnaire dans Netalis [1], un opérateur télécoms alternatif B2B [2] basé à Besançon et spécialisé dans la fibre optique et les services pour les entreprises [2]. Sujet ô combien stratégique et porteur, le monde professionnel étant aujourd’hui moins bien pourvu que le grand public.

Cette opération est l’énième illustration de l’appétit grandissant envers les « petits » opérateurs télécoms à vocation professionnelle, un secteur en pleine croissance et effervescence vu l’importance croissance des questions de transformation numérique et/ou d’aménagement du territoire.

Mais si la plupart des opérations de rachat sont menées par des opérateurs historiques (exemple, les rachats de Nerim et Keyyo par Bouygues Telecom, celui de Jaguar Network par Free), cette fois c’est donc un acteur de l’énergie qui se positionne.

Adresser les Smart-Cities

« Il s’agit de compléter nos expertises par des solutions de connectivité multi-technologies », explique Engie. Il ne s’agira pas de lancer des offres grand-public haut débit ou mobiles ou encore venir se frotter aux géants que sont Orange Business Services ou encore SFR Business qui se partagent 85% du marché B2B mais de proposer des offres personnalisées de connectivité aux entreprises, villes ou aux collectivités qui sera alimentée par les briques technologiques de l’opérateur/hébergeur.

Engie proposera ainsi dans le même temps aux villes des solutions énergétiques et de connectivité combinées à des services dédiés, un ensemble résumé par l’appellation « smart-city » ou ville intelligente.

D’ailleurs, les deux entreprises ont déjà travaillé ensemble dans des projets de connectivité urbaine qui préfigurent les collaborations futures. La Ville de Gray, Netalis et Engie ont collaboré pour mettre en place un réseau de Wifi événementiel baptisé « Gray Open Wifi » (GoW) qui a pu être testé avec succès à l’occasion du festival Rolling Saône en 2016).

De son côté, Netalis met en avant un « partenariat renforcé avec une entité du groupe Engie au profit de nos clients respectifs pour créer des offres communes pour les entreprises et territoires ». C’est le premier tour de table pour l’opérateur dont les dirigeants-fondateurs conservent la majorité du capital.


Notes:

[1] Entreprise basée à Besançon (25000), elle a son siège au 4 chemin de l’ermitage
Immeuble Le Pulsar – ZI Palente.

Voici comment elle se présente: « Société créée en 2015 par des professionnels ayant une large expérience dans les infrastructures et services Internet, Netalis SAS est un opérateur de solutions numériques résolument tourné vers l’innovation et la proximité avec ses clients professionnels indépendants, TPE, PME et collectivités/institutions. Nous pensons qu’un fournisseur de services télécoms et IT doit avoir une vision « de bout en bout » pour accompagner l’entreprise jusqu’au data center. C’est pourquoi nous avons conçu des offres d’accès Haut Débit et Très Haut Débit qui peuvent être très simplement associées à des services Cloud (SaaS et IaaS).

[2]

[2]

This entry was posted in Anti-nucléaire, Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers, Contre la science et la technologie, Contre la société de contrôle et de surveillance, Contre les frontières, Feu aux prisons, Répression and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.