La Haye, Pays-Bas : Balade anarchiste à Schilderswijk pour le dixième anniversaire du meurtre d’Alexis Grigoropoulos – 15 décembre 2018.

La nuit dernière (15 décembre 2018), une dizaine d’anarchistes ont déambulé dans le quartier de Schilderswijk à La Haye (1). Cinq banderoles ont été accrochées à différents endroits des tracts intitulés « Solidarité avec les révolté.e.s » ont été répandus.

Des milliers de mini-tracts ont également été diffusés dans toute la zone avec le texte : « Ces nuits sont pour Alexis : assassiné par la police grecque il y a dix ans. Pour la révolte. Pour l’anarchie. »

Le texte du tract « Solidarité avec les révolté.e.s » :

« Ce mois de décembre marque le dixième anniversaire du meurtre d’Alexis Grigoropoulos, tué sous les balles de la police grecque. Sa mort a déclenché un long mois de révolte qui s’est propagée à toute la Grèce et au-delà. Cette révolte a permis aux gens d’ouvrir de nouvelles façons de s’organiser et de voir un nouveau monde en rejetant l’autorité de l’État.

Dix ans plus tard, l’idée de révolte refait surface. Depuis plusieurs semaines, des troubles ont lieu en France et les gens demandent la démission du président. Les manifs ont commencé en réaction à l’augmentation du prix du gazole mais par effet boule de neige, ça vire en insurrection générale contre le pouvoir de l’État (2). Un État qui ne bénéficie qu’aux riches.

Le mouvement n’a ni chef, ni parti politique qui le contrôle et aucune ligne politique. Les soi-disant revendications formulées par les diverses assemblées ne reflète qu’une chose : l’ensemble du système politique et économique peut aller en enfer !

« Nous ne sommes pas des chiens capables de rester en cage ! » – Prisonniers à Curaçao (3).

Cette semaine des prisonniers de Curaçao se sont révoltés contre les mauvaises conditions dans lesquelles ils sont enfermés. La bouffe qu’ils leur servent est pourrie et les soins médicaux ne sont pas à la hauteur. Les prisonniers exigent une solution immédiate et refusent d’avoir recours à un quelconque intermédiaire et exigent de parler au ministre.

L’État français a d’ores et déjà incarcéré des centaines de personnes après les émeutes qui se sont déroulés partout dans le pays. Mais comme le démontrent les prisonniers de Curaçao : même en prison il est impossible de faire taire la révolte !

Vive la révolte !

Vive l’anarchie !

[Traduit de l’anglais de Autonomen den Haag]

« La révolte est partout »

« Solidarité – Vive l’Anarchie ! »

« D’Athènes à Paris, jusqu’à La Haye… »

« politiciens voleurs Salauds »

Ndt :

(1) Sur l’agitation anarchiste dans ce quartier, notamment à la suite du meurtre policier de Mitch Henriquez (et la répression qui s’en est suivie), on pourra relire ce texte : Interdiction de territoire contre des anarchistes dans un contexte de répression plus large à La Haye

(2) Nous ne partageons pas cette courte présentation enthousiaste du mouvement des Gilets Jaunes. A certains endroits, des chefs émergent, des réactionnaires et confusionnistes ont pignon sur rue ; le citoyennisme est bien implanté (même si aucun mouvement social n’en a été épargné jusqu’à présent). Ce mouvement est bien trop hétéroclite pour en tirer un bilan aussi positif, même si simultanément, pas mal de choses nous ont enthousiasmées (émeutes et saccages des villes-prisons, multiplication des actions de blocage et de sabotage de centres commerciaux, propagation des flammes de la révolte du centre à la périphérie, contre les structures et symboles de l’État et du capital (mairies, centre d’impôts, préfectures, sociétés gestionnaires d’autoroutes, stations-service, banques, horodateurs, concessionnaires automobiles, etc..) ainsi que de leurs êtres en chair et en os à leur service (politiques, flics, pour ne citer qu’elles/eux).

(3) Île des Caraïbes qui fait partie du Royaume des Pays-Bas, davantage réputée pour son cadre paradisiaque (ses criques et ses immenses récifs coralliens) que pour sa taule…

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Anti-électoral, Feu aux prisons and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.