Cagliari (Sardaigne), Italie : Affiche en solidarité avec les inculpé.e.s de l’opération ‘Lince’ – Octobre 2019

Pas de base militaire

Mercredi 18 septembre 2019, le bureau du parquet de Cagliari a clos l’enquête sur le cycle de lutte antimilitariste entre 2014 et 2017, accusant 45 personnes.

Cinq d’entre elles sont accusées du 270bis, « association subversive à des fins terroristes », tandis que les autres sont accusées d’avoir pris part à des moments de lutte collective, tels que des manifestations à proximité des polygones militaires ou dans la ville, ou d’avoir enfreint la foglio di via [une mesure répressive qui empêche une personne d’entrer dans une municipalité ou une province en particulier].

L’État italien présente en ce moment le projet de loi en tentant de faire payer à certaines personnes qui, ces dernières années, se sont battues pour bloquer les exercices militaires et mettre des bâtons dans les roues des soldats qui occupent nos terres.

Cette attaque vise toutes celles qui osent se lever contre l’occupation militaire de la Sardaigne, toutes celles qui ne veulent pas rester sans défense devant les uniformes qui, à quelques pas de nous, préparent des guerres ou fabriquent des armes.

Cinq personnes sont accusées de « terrorisme » et de diriger les luttes de ces dernières années. Il n’y a rien de plus faux.

Quiconque a participé à ces moments le sait bien, aucun chef et un seul objectif : arrêter les exercices militaires. Ces accusations ne vont ni stopper notre colère, ni apaiser notre détermination, nous savons que nous avons raison et cela nous suffit.

Nous allons retourner à ces filets, nous continuerons à vous faire obstacle.

Des inculpé.e.s et des solidaires.
Cagliari, octobre 2019

[Traduit de insuscettibile di ravvedimento, 11.11.2019]

 

This entry was posted in Actions directes, Antimilitarisme, Répression, solidarité and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.