Perpignan : Blocus et affrontements avec la flicaille contre les cadences infernales du lycée – 17 septembre 2019

Tout a commencé tôt ce mardi 17 septembre. Des dizaines de jeunes du lycée Picasso se mettent à bloquer leur lycée contre de nouvelles règles adoptées par la direction depuis la rentrée. Il s’agit notamment de protester contre les réorganisations de la restauration et des horaires de cours depuis la rentrée scolaire.

Un.e lycéen.ne raconte: « Tous les horraires ont été changés. On commence a 8h mais le portail de l’entrée ferme vers 7 h 45. Quand on arrive au-delà de cet horraire, des billet de retard doivent être fait personne par personne a l’entrée. Ce qui nous met encore plus en retard… Le midi, certains finissent a 12 h 05 pour reprendre les cours a 12 h 35. Et pour les cours de 14 heures le portail ouvre a 13 h 35 et ferme a 13 h 40. C’est juste impossible d’avoir un rythme correct. »

Le cortège a alors rallié Jean-Lurçat puis Arago avant de se disperser dans le secteur de la gare, où plusieurs poubelles ont été brûlées et quelques projectiles ont volé sur les bleus en tenue de robocops.

Au cours de cette déambulation sauvage, six personnes ont été interpellées pour jet de projectiles sur les forces de l’ordre, feux de poubelles et outrages.

Voici ce qu’en disent les journaflics de L’Indépendant:
« La police a chargé ce mardi matin vers 10h15 dans l’avenue du Lycée où se situe l’entrée du lycée Arago, non loin du centre-ville. Alors qu’un attroupement de quelques dizaines de lycéens s’était formé devant le lycée, un véhicule de pompiers et une trentaine de policiers se sont postés sur l’avenue en provenance du boulevard des Pyrénées. Un groupe de policiers casqués et équipés de bouclier et de LBD (lanceur de balles de défense) s’est ensuite posté sur l’autre partie de l’avenue, bloquant les deux issues.
Plusieurs personnes portant ou pas des Gilets jaunes, plus âgées que les lycéens, sont alors intervenus pour haranguer les lycéens. Une intervention qui a provoqué le départ, en courant, d’une partie des lycéens par la passerelle du pont Arago. C’est alors que les forces de l’ordre ont chargé, procédant à l’arrestation d’un jeune homme […]

This entry was posted in A bas le travail, ACAB, Répression and tagged , , , . Bookmark the permalink.