Parution d’un nouveau numéro de ‘Sans Détour’ – Mai 2019

Le troisième numéro du journal anarchiste apériodique Sans Détour vient de sortir.
Les personnes intéressées peuvent nous écrire pour nous demander des
exemplaires de ce numéro, ainsi que du N.0 (mai 2018) et du N.1 (novembre 2018).

« J’aime le feu, mon cher seigneur. Non par la raison triviale que le feu réchauffe nos pieds ou cuit notre soupe, mais parce qu’il a des étincelles. Quelquefois je passe des heures à regarder les étincelles. Je découvre mille choses dans ces étoiles qui saupoudrent le fond noir de l’âtre. Ces étoiles-là aussi sont des mondes »

C’est ainsi que s’exprimait Gringoire, poète sans-le-sou, protagoniste du roman Notre-Dame de Paris, dans le chapitre intitulé « Vive la joie ». Ironie du sort, a-t-on pensé lorsque l’on a vu Notre-Dame de Paris brûler d’un feu lent et dévastateur. Quelle joie en effet de contempler la destruction d’un des édifices (qui plus est hautement symbolique) du cancer religieux qui a étendu ses métastases aux quatre coins du globe, générant partout oppression et souffrance, prônant l’obéissance et la crainte de Dieu dans l’attente d’un bonheur extraterrestre!

La destruction de tout symbole d’autorité est belle et nécessaire. Mais Notre-Dame, c’était probablement un accident, pas comme ces dizaines d’incendies qui ont consumé les structures du pouvoir et qui ont allumé les jours et les nuits de ces derniers mois. Le résultat est peut être le même, toutefois, comme nous le suggère Gringoire, la beauté du feu réside dans les mondes qu’incarnent chacune de ces étincelles. Car chaque individu qui se rebelle, agissant contre une condition d’oppression qu’il subit, brisant les chaînes de la société et faisant tomber le masque qu’on l’oblige à porter, est à lui seul, aussi, une étincelle. Et si la rébellion individuelle naît de sentiments et de passions, nous pensons que c’est aux idées et aux rêves de la nourrir. En restant dans la métaphore de Gringoire, on pourrait donc dire que les rêves et les idées constituent l’oxygène empêchant aux étincelles de s’étouffer et permettant de porter toujours plus loin le feu qui brûle.

Voilà à quoi on espère contribuer avec ce journal, à alimenter les mondes de chaque individu en lutte contre l’autorité, avec ces questions dans la tête : comment alimenter un feu qui détruise cette église du bas des cryptes jusqu’en haut des combles, la réduisant à néant, et empêcher qu’une autre ne soit bâtie à sa place ?

Sommaire :

– Des chemins dans le brouillard
– Inactualités sur le Premier mai
– Quelques trous dans la toile : réflexions hors-réseaux
– L’inimitié envers la politique
– Parlons peur mais parlons bien
– Fous, rancuniers ou anarchistes?
– Lectures intempestives

Pour leur écrire : sansdetour_AT_riseup.net

[Reçu par mail]

This entry was posted in Publication and tagged , . Bookmark the permalink.