Berlin, Allemagne : Attaque d’un bureau du parti de gauche « die Linke » – Solidarité avec les squats de Berlin à Athènes – 4 mai 2019

Tard dans la soirée de samedi 4 mai 2019, nous avons attaqué avec des pierres le bureau de Sebastian Schlüsselburg, membre du comité berlinois pour la direction fédérale à la protection de la constitution et député du parti de gauche « Die Linke »dans le quartier berlinois de Lichtenberg. La plupart des fenêtres ont été détruites.

Ceci est notre réponse aux événements récents dont sont responsables ces représentant.e.s politiques du darwinisme social.

Citons d’abord l’adoption dans le quartier de Lichtenberg du projet de construction absurde de l’aquaparc sur ‘Rummelsburger Bucht’ (parking de Rummelsburg), un énième projet pour une ville au profit des riches et des touristes. Ce projet d’aménagement conduit à l’expulsion des personnes sans-abris qui ont occupé avec leurs tentes une petite zone de ce parking. Le rôle joué par les partis de gauche dans ce processus est évident. Après avoir tenté comme d’habitude de se rapprocher de la résistance, ils ont finalement TOUS accepté ce projet de construction.

Notre attaque était également une vengeance pour la destruction des petites cabanes de la ‘Mariannenplatz’ dans le quartier de Kreuzberg, dont leurs habitant.e.s sont désormais sans-abris. Ce n’est pas une mauvaise blague le fait que la seule raison de les en expulser violemment était de faire de la place pour le stand du parti « Die Linke » pour le festival « MyFest », organisé par les milieux proches de la mairie du quartier lors du 1er mai [1].

Nous dédions aussi cette attaque à la lutte sur le champs de bataille d’Athènes où Syriza (le parti frère de « Die Linke ») affronte les communautés et lutte et auto-organisées par une vague d’expulsions contre les squats, notamment ceux habités par les migrants. Ce vendredi, une des maisons expulsées, « Bouboulinas 42 », a été réoccupée par le mouvement [2].

Pendant que l’Etat et le capital luttent main dans la main,  il est indispensable selon nous de mener ensemble la lutte pour la liberté aux côtés de nos ami.e.s, en Grèce comme partout.

Des groupes autonomes.

[Traduit de l’allemand de Deutschland Indymedia, 08.05.2019]


NdT:
[1] Un événement qui devait avoir lieu à la suite de la manif du « 1er mai révolutionnaire », mais qui a été empêché par les flics. Quelques affrontements ont d’ailleurs eu lieu avec la flicaille juste avant le pont traversant la Spree, au bout de de la Warschauer Strasse, puisqu’elle en avait bloqué l’accès.
[2] Ce squat a été réinvesti vendredi 3 mai. Pour plus d’infos : https://athens.indymedia.org/post/1597546

This entry was posted in Actions directes, Anti-électoral, Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.