Allemagne : Tout feu tout flamme contre l’armée, les flics et les fachos (15-17 février 2019)

Brême, 17 février : incendie de deux camions de l’armée allemande

Dans la nuit de samedi 17 février à Brême, deux camions de l’armée allemande ont brûlé dans le secteur de Neustadt. L’un a été entièrement détruit par les flammes, l’autre fortement endommagé. Les enquêteurs de la Staatschutz se sont saisis des investigations.

C’est vers 2h30 samedi qu’un citoyen vigilant signale aux flics que les flammes sont en train d’embraser un camion de la Bundeswehr sur un parking de véhicules utilitaires à Neustadt. Le montant des dégâts n’a pas été communiqué. Un communiqué de revendication a été publié sur la plateforme de publication libre de.indymedia.org. En voici la traduction:

« A l’occasion de la conférence de l’OTAN sur la sécurité à Munich, nous avons incendié deux camions de l’armée à Brême dans la nuit du 17 février 2019. Nous avons allumé les deux véhicules par les pneus avants. Les camions civils se trouvaient à une distance suffisante.

Les temps qui courent sont à la guerre. La résiliation du traîté de désarmement des forces nucléaires à portée intermédiaire et l’augmentation du budget de l’OTAN pour l’armement n’en sont que deux signes parmi tant d’autres. En ces temps de réarmement international et de montée du militarisme, notre perspective est celle du désarmement pratique par la base. Nous avons établi une pratique locale de sabotage directe contre la folie mondiale de l’oppression militaire et économique. »

La presse (à travers le quotidien Weser Kurier) rappelle la longue tradition locale d’incendies criminels ayant ciblé l’armée allemande ces dernières années à Brême. Comme par exemple celui d’un véhicule civil de l’armée sur un parking du centre de recrutement le 8 février 2017. Ou encore des 18 véhicules lourds de l’armée (des véhicules sanitaires, des voitures de terrain et des camions) qui ont flambé sur un parking d’une zone industrielle brêmoise dans la nuit du 22 au 23 octobre 2016, causant plus de 15 millions d’euros de dégâts.

[Traduit des médias allemands via Chronik]


Munich (Bavière), 15 février : Les keufs perdent un minibus en pleine conférence de l’OTAN sur la sécurité

Dans la nuit du 14 au 15 février à Munich, un véhicule de police a été incendié dans le quartier Zamdorf.  Cette attaque incendiaire, que les flics attribuent à la mouvance autonome/anarchiste, intervient alors que se déroule au même moment à Munich la conférence de l’OTAN sur la sécurité.

C’est vers 2h du matin que des agents de la police fédérale de Rhénanie-Palatinat, présente à Munich pour protéger cette réunion de l’OTAN sur la sécurité, ont vu leur minibus en flammes. Le véhicule était garé dans la Lüderitzstraße, dans le secteur d’Ina-Seidel-Bogen et de la Eggenfeldener Straße. Les flics ont immédiatement alerté les pompiers, tout en s’attaquant aux flammes à l’extincteur.

La police chiffre les à hauteur de 70.000 euros de dégâts. Le service d’enquêteurs de la police criminelle de la Staatchutz est en charge des investigations.

[Traduit de l’allemand de Chronik, 15. Februar 2019]


Leipzig (Saxe), 15 février 2019 : La voiture du candidat au conseil municipal de l’AfD incendiée

Le communiqué de revendication :

« Dans la nuit du 15 février, le véhicule du candidat au conseil municipal, Gert Pasemann, a été incendié.

Depuis début 2017, il est membre de l’AfD et depuis peu est également tête de liste de l’AfD dans la première circonscription de Leipzig. Entre 1995 et 1999, il a siégé pour la CDU au conseil municipal de la ville.

Entre-temps, il a été contraint de découvrir que son alliance avec l’AfD lui a attiré pas mal d’ennemi.e.s.

Nous devons nous-mêmes prendre en main la confrontation avec l’AfD.

Nous sommes conscient.e.s du fait que cette confrontation ne se gagnera ni par urnes, ni par des discours et des débats.

Les textes, les discussions et les manifestations n’aident plus. Il faut que ça tende vers plus pratique, vers des actions plus personnelles. Durant les mois précédents les élections au Landtag de 2019 en Saxe, pourrissons autant que possible la vie des membres, électeurs/électrices et sympathisant.e.s de l’AfD, et causons-leur le maximum de dégâts possible.

A tous les niveaux, par tous les moyens !

[Traduit de l’allemand de Chronik, 15. Februar 2019]

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Anti-électoral, Antimilitarisme, Contre la société de contrôle et de surveillance, Réflexions sur l'action directe et la répression and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.