Grenoble, France : Rituel de la contestation ou vandalisme !

Ce lundi 21 janvier, sous une lune à faire hurler les loups et danser les sorcières, la façade de la maison diocésaine à été saccagée. Par deux fois car à notre arrivée la porte d’entrée venait déjà d’être attaquée ainsi que son mur repeind.

Sur 4 lundi consécutifs à compter du 14 janvier, alliance VITTA organise en ses murs des soirées de formation à la « bio-éthique ». Derrière ce langage mystificateur se cache une bien moins reluisante réalité : celle d’un nid de réactionnaires venu.es échanger contre l’avortement, l’homosexualité, l’euthanasie, pour la famille durable et autres fariboles religieuses.

A ce qu’il paraît, CGT, NPA et PCF concoctent des rassemblements citoyens pour s’indigner à leur manière.

A ce qu’il paraît les flics protègent les culs-bénits à coup de tonfa et lacrymos.

A ce qu’il paraît quelques encagoulé.es isolé.es tentent timidement l’échauffourée.

A ce qu’il paraît ce cirque va recommencer, recommencer et recommencer. … S’afficher dans de belles formes lors des rituels des chrétiens intégristes devient un rituel de la contestation gauchiste.

Très peu pour nous car nous chions sur les tracts, drapeaux, mégaphones et appareils photos omniprésent dans les manifestations, nous préférons sortir tard la nuit pour écouter la poésie des pieds de biche et des marteaux.

Contre dieux, ses apôtres et ses brebis.

Contre le patriarcat, la famille comme bonheur suprême et le genre.

Des iconoclastes volontiers vandal.es !

La porte vitrée de la maison diocésaine de Grenoble

[Publié sur indymedia grenoble, 24.01.2019]

This entry was posted in Actions directes, Contre le patriarcat, Contre les cases et autres tentatives identitaires, Contre toutes les religions and tagged , , , . Bookmark the permalink.