Sans attendre le samedi et les foules pour attaquer ce monde….

Confolens (Charente), 21 janvier: des noms et des adresses

Ce lundi matin 21 janvier, Philippe Bouty, le président de la communauté de communes de Charente limousine, conseiller départemental et premier adjoint de Confolens s’est retrouvé enfermé chez lui. Dans la nuit, des individus avait bloqué la porte de son domicile avec la mousse de polyuréthane. Il a dû sortir de son domicile en passant par une fenêtre de sa maison, sa porte d’entrée ayant été condamnée durant la nuit par l’injection de mousse polyturéthane dans la serrure et entre les deux battants. Il a également découvert que sa voiture avait été victime, elle aussi, de dégradation: son pot d’échappement a été rempli de mousse. « Je ne l’ai pas vu tout de suite, c’est en roulant que les fumées d’échappement ont commencé à entrer dans l’habitacle », témoigne-t-il. Par ailleurs, les quatre distributeurs automatiques de billets de Confolens ont subi le même sort: ils ont tous été obstrués par de la mousse et sont hors service.

la porte du domicile de l’élu


Toulouse, 17 janvier : couper le trafic ferroviaire

Une armoire électrique de la SNCF a été incendiée à la halte Lacourtensourt au nord de Toulouse dans la nuit de mercredi à jeudi 17 janvier. Le trafic est perturbé sur l’axe Toulouse-Bordeaux. Il faut prévoir des retards de 15 à 20 minutes sur tous les trains au départ ou à l’arrivée de la gare Matabiau.


Sud de la France, 15-17 janvier : saboter les autoroutes

Un acte de sabotage, concernant une installation de fibre optique située vers Manosque, a été commis dans la nuit du mercredi 16 au jeudi 17 janvier vers 3h du matin. Conséquence : les systèmes d’exploitation et les équipements sur le réseau de l’A51 – géré par le réseau Escota de VINCI autoroute – ont été paralysés entre La Saulce (Hautes-Alpes) et Meyrargues (Bouches-du-Rhône).

Par mesure de sécurité, en l’absence de signalisation, les tunnels de La Baume à Sisteron et celui de Mirabeau ont été fermés à la circulation. Celui de Mirabeau jusqu’à 8h du matin et celui de la Baume jusqu’à midi.
Pendant près de 9 heures, l’accès à l’autoroute a été interdit aux péages de La Saulce, de Pertuis et de Sisteron, entraînant des difficultés de circulation dans ces secteurs.

D’autres actes de sabotage ont été signalés en région.

Dans la nuit du mardi 15 à mercredi 16 janvier à Puget-sur-Argens (Var) un groupe électrique se trouvant sur l’A8 a été incendié.

Dans la nuit du 16 au 17 janvier, un local situé sur l’A7 a été incendié à Orange (Vaucluse). Durant cette même nuit, à Aix-en-Provence, « un commando d’une vingtaine de personnes vêtues de noir et porteur de cocktails Molotov a incendié huit boîtiers électriques situés en amont des barrières de péage » de la Barque sur l’A8, a relaté un porte-parole de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône. Aucune interpellation n’a eu lieu. Cet incendie « entraîne la fermeture de quatre voies » mais le reste du péage reste ouvert.

Enfin, le 17 janvier au soir, près d’Aix-en-Provence, 8 des 24 cabines de la barrière de péage de la Barque ont été incendiées à l’aide d’un liquide inflammable. Très vite arrivés sur place, les gendarmes disent avoir pris en chasse un groupe de quinze individus cagoulés. Les pandores ont couru dans le vide, puisque personne n’a été interpellé. Début janvier déjà, deux cabines de ce même péage avaient brûlé, sans qu’il n’y ait eu d’arrestations.


Plus rien n’arrête les saboteurs de stations-service…

Montpellier et ses alentours, 17 janvier : dans la nuit de mercredi à jeudi, plusieurs stations-service autour de Montpellier ont été visées par une série de sabotages: celles d’Intermarché de Villeneuve-les-Maguelone, Total et Carrefour à Saint-Jean-de-Védas. De la colle ou de la mousse expansive ont été introduites à l’intérieur des distributeurs. Une enquête de gendarmerie a été ouverte sur le secteur de la compagnie de Castelnau-le-Lez.

Dans la nuit du 13 au 14 janvier à La Roche-sur-Yon (Vendée), deux stations Total et une station Esso ont été visées: « les écrans de paiement automatiques des pompes à essence ont été bombés de peinture jaune fluo, et les lecteurs de carte de crédit gavés de colle silicone. À la station Total Access de Mouilleron-le-Captif, huit pompes sur dix étaient inutilisables. Même punition dans la station Total de la Zone Sud, rue Savary-de-l’Epineraye, et chez Esso, route de Nantes. La responsable de la station Esso affirme, les yeux braqués sur les images de vidéosurveillance enregistrées cette nuit: « À 1 h 50 du matin, on distingue nettement quatre individus cagoulés et vêtus de noir qui s’attaquent aux pompes. » L’opération a duré un peu plus d’une minute, selon la patronne. « On remarque qu’ils étaient très bien organisés. »


Auxerre (Yonne), 16 janvier : coucou les cogestionnaires de l’exploitation !

Dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 janvier, les locaux de la maison des syndicats ont été saccagés. Dans l’immeuble, une propriété de la Ville mise à disposition de plusieurs organisations syndicales, plusieurs pièces ont été dégradées : portes enfoncées, dont une à l’aide d’un extincteur, armoires et tiroirs, documents dispersés au sol… du rez-de-chaussé à l’étage. Cependant, peu d’objets volés ont été recensés. « Pour moi, c’est saccager pour saccager », résume Didier Bourigault, secrétaire régional de l’union territoriale interprofessionnelle CFDT, dont le bureau a été forcé.

plusieurs portes détruites


Bourg-Achard (Eure), 14 janvier : Sabotage sur le chantier du centre commercial Intermarché

Dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 janvier, plusieurs anonymes ont pénétré sur le chantier du futur centre commercial Intermarché à Bourg-Achard (Eure), chantier ayant débuté en avril 2018. Après être entrés par effraction à l’intérieur des bâtiments, ils ont utilisé des chariots télescopiques pour détruire des murs en parpaings et dégrader des matériaux. On ignore le montant estimé des dégâts, mais ils s’avèrent très importants, d’après un journal local en date du 19 janvier 2019.


Foix (Ariège), janvier : 14 sur 16

Depuis plus d’un mois maintenant, le stationnement dans le centre de Foix est gratuit. Et pour cause, presque tous les horodateurs de la cité fuxéenne ont été dégradés et sont désormais inopérants. «Un produit collant a été injecté à l’intérieur», explique le maire. La situation n’est pas près de se décanter, précise encore ce dernier : «Nous avons fait appel à un prestataire pour les réparer mais ils ne pourront pas venir avant la fin du mois, malheureusement.» Et ce ne sont pas un, ni deux, ni dix horodateurs, mais 14 des 16 présents dans la ville ! En outre, le coût des réparations pour les 14 horodateurs endommagés est estimé à 18 000 €.

 

This entry was posted in A bas le travail, Actions directes, Anti-électoral and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.