Valence – Montbéliard, France : Neutraliser les yeux de l’Etat, par tous les moyens !

Montbéliard (Doubs) : Six caméras neutralisées en quinze jours

Durant le mois de décembre, les caméras de surveillance du quartier de la Petite Hollande (à proximité des Hexagones) ont été sabotées à de multiples reprises. La détermination dont on fait preuve les saboteurs nocturnes est assez remarquable: un duo, équipé d’une échelle et d’un marteau, ont entrepris leurs attaques contre ce monde de contrôle et de surveillance de la manière suivante: alors que l’un tenait l’échelle appuyée sur le mât en bas, un autre grimpait pour aller taper le globe à la masse. Mais l’Etat met les moyens pour protéger ses yeux technologiques: le poteau supportant la caméra est d’une part équipé de dents pointus juste en-dessous du globe (cf photo ci-contre), et d’autre part d’un dispositif qui se met en branle et alerte directement les flics « dès lors que des secousses anormales sont ressenties dans les mâts ». Malheureusement, cet arsenal technologique a permis à la police de les rattraper (et par ailleurs, durant une des actions visant à neutraliser les yeux de l’Etat, le tissu qui permettait au courageux de se dissimuler a par malchance glissé et dévoilé une partie de son visage). 

Entre le 15 et 31 décembre, si l’on considère que cinq caméras avaient été dézinguées à la mi-décembre, trois aux abords du centre des Hexagones et deux sur la voie publique, avec celle de la rue du Petit Chênois, cela fait grimper l’addition autour des 30 000 €. « C’est de l’ordre de 5 000 € par appareil », renseigne Philippe Duvernoy, l’adjoint en charge de la sécurité.

Le journaleux de l’Est, en bon citoyen soucieux du maintien de l’ordre, se demande d’ailleurs si ces vagues de sabotage n’avaient pas vocation à faciliter le désordre dans le quartier lors du réveillon du Nouvel An. Ce qui est sûr, c’est que du bordel il y en a eu, pas dans la Petite Hollande mais en ville, avec des bagnoles en flammes et un chalet du marché de Noël réduit en blocs de charbon.

[Reformulé de la presse, 02.01.2019]


Valence (Drôme) : à la disqueuse

Dans la nuit du 1er au 2 janvier 2019, vers 0h30, le poteau d’une caméra de surveillance installée à l’angle de la rue Jean-Vilar et de la rue Simone-Signoret, quartier Chamberlière à Valence, a été sectionné à la disqueuse thermique. L’appareil s’est explosé au sol, en endommageant dans sa chute deux véhicules en stationnement.

[Repris de la presse]

This entry was posted in Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance, Répression and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.