Bâle, Suisse : Retour de flammes pour des profiteurs de guerres et de prisons – 16 décembre 2018

Avent, Avent, deux voitures brûlent !

Elle traverse les époques tel un fil noir, la violence insurrectionnelle, contre la domination de toutes les couleurs et de toutes les tendances.
En dépit de toutes les tentatives d’intégration, de toute répression, de tout désespoir et désarroi apparents, la passion de la liberté continue de flamber aujourd’hui.

Dans la nuit de samedi à dimanche 16 décembre, ces flammes se sont propagées à deux véhicules. D’abord, une voiture de l’entreprise Siemens. Tout au long de son histoire, de sa participation active au national-socialisme à la fabrication de matériel de guerre et de contrôle, en passant par le développement des technologies dites « intelligentes », Siemens a toujours été dans le collimateur des insurgé.e.s. Le progrès technologique est tout sauf un processus neutre mais plutôt la prochaine étape de l’histoire de l’expropriation capitaliste. Puis une camionnette du constructeur Implenia, qui s’enrichit en construisant des prisons, des camps et des temples de la répression. 

Que crève ce vieux monde !

Vive l’anarchie !

[Traduit de l’allemand de Barrikade (17.12.2018) via Aus dem Herzen der Festung]

This entry was posted in Actions directes, Antimilitarisme, Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers, Contre la science et la technologie, Contre la société de contrôle et de surveillance, Contre les frontières, Feu aux prisons and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.