Bâle, Suisse : L’émeute du 24 juin 2016 en procès du 24 au 30 octobre 2018

Procès de la manif du 24 juin 2016

Le 24 juin 2016 avait eu lieu à Bâle une petite manifestation combative contre le racisme, la répression et la gentrification.

Le long du parcours, divers bâtiments ont été attaqués et des confrontations ont eu lieu avec les flics qui rappliquaient, dont deux d’entre eux auraient été blessés. Quatorze personnes ont été arrêtées le soir-même et des perquisitions ont eu lieu chez ces personnes dans les jours qui ont suivi. Sept personnes ont été relâchées deux jours après l’arrestation, tandis que les sept autres ont été placées en détention provisoire. Ces sept personnes ont passé presque un mois et demi voire deux mois en détention préventive. Cependant, une personne n’ayant pas la nationalité suisse a passé presque six mois en préventive.

En décembre 2017, dix-huit personnes ont été inculpées. A savoir les treize personnes arrêtées le 24 juin 2016 à Bâle et cinq autres personnes. Deux de ces cinq personnes sont accusées en raison du fait que leurs ADN ont été retrouvés sur des objets à proximité du parcours de la manif. Les trois autres à cause de SMS qui étaient stockés sur leurs téléphones confisqués. Une personne, mineure au moment de la manif, avait déjà écopé d’une condamnation avec sursis début 2017.

Toutes ces dix-huit personnes sont accusées d’avoir commis les infractions suivantes:

Multiples dégradations de biens qualifiées (attroupement sur la voie publique et lourdes dégradations, agressions, violation de la paix publique, coups et blessures (avec objet dangereux), de multiples tentatives de coups et blessures (avec objet dangereux) et de multiples tentatives de blessures graves, de multiples troubles sur la voie publique, violences et menaces envers les autorités et les agents, violation du code de la route et infraction à la loi cantonale sur les infractions.

Il en ressort de l’acte d’accusation que le procureur suit la piste qui reproche à l’ensemble des 18 personnes accusées d’avoir commis ensemble ces délits et « en se répartissant les tâches ».

Le procès débute le 24 octobre au tribunal correctionnel de Bâle. Il est prévu qu’il dure cinq jours et le verdict est attendu pour le 30 octobre. Le procès est orchestré par trois juges qui en théorie peuvent imposer des peines allant jusqu’à cinq ans de prison.

Le procès est public et on appelle à remplir les rangées de spectateurs de personnes solidaires. Mais il est possible que le tribunal fasse clore l’audience pour des problèmes de sécurité.

Par ailleurs, il y aura des mobilisations devant le tribunal au premier et dernier jour du procès:

Mercredi 24 octobre tôt le matin.

Mardi 30 octobre l’après-midi.

Les heures précises seront annoncées. Restez attentif-ve-s aux prochaines annonces ! 

[Traduit de l’allemand de Barrikade.info, 25.09.2018]

This entry was posted in ACAB, Actions directes, Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers, Contre la société de contrôle et de surveillance, Contre les frontières, Feu aux prisons, Répression, solidarité and tagged , , , . Bookmark the permalink.