Ambert, Toulouse, Limoges … À propos de communication publique, de silence obstiné et de tricot policier

Les semaines passent et la pression reste de mise. Que ce soit à Toulouse ou à Ambert, les perquisitions du mois de mars continuent à servir de prétexte à des convocations et autres mises sous pression. Ça ne concerne pas seulement les GAVés et inculpés. Aujourd’hui encore les flics menacent, poursuivent leur sale boulot, construisent leurs “scénarios”. Notre solidarité va à toutes les personnes impactées par cette série de perquisitions, qu’elles soient sous CJ, derrière les barreaux ou parties dans la nature. Une pensée aussi aux gens qui, ici ou ailleurs, s’activent autour de questions matérielles et de soutien.

On a en tête que ce genre d’opérations en rafale (7 lieux perquisitionnés en deux jours sur Toulouse, Limoges, Ambert et Amiens) visent entre autre à effrayer, à installer un climat de flip. En témoigne la récente série de perquisitions menées dans quatre pays d’Europe, une opération coordonnée dans le cadre de l’enquête qui fait suite aux émeutes du G20 de Hambourg en 2017. Et, encore plus récemment, les opérations policières sur la ZAD de Roybon, ainsi qu’à Bure et environs. Suite à ce genre de démonstration de force, le silence apparaît parfois comme le meilleur des refuges.

N’empêche, l’absence de mot c’est aussi la porte ouverte à l’isolement, aux doutes, à l‘incompréhension. Il n’est pas question ici de jeter la pierre à celleux qui ne communiquent pas publiquement sur leurs (més)aventures. Les mots ne sont puissants que lorsqu’ils naissent d’une envie ou d’un besoin. Et le diktat du “il faut écrire” ne sert qu’à la diffusion d’un sentiment de culpabilité, ne faisant que fragiliser celleux qui le sont déjà. Ce dont il s’agit ici, c’est de se rappeler qu’il existe une marge et ce même dans un contexte répressif et bourré d’incertitudes. Les flics peuvent défoncer la porte d’un squat à coups de bélier mais contre les idées ils ne peuvent rien. Ils peuvent écouter, tracer, ficher, mais les actes malveillants fleurissent toujours. En engrainent d’autres. Parce que les aspirations et les rêves ont la peau dure, comme la confiance qui se tisse au fil du temps, des galères, des feux de joie. Tenter de trouver des mots à partager, c’est aussi un moyen de prendre soin de ces liens.

C’est dans ce sens qu’on avait envie de partager certaines de dernières évolutions de l’affaire ambertoise. Depuis la remise en liberté récente des 2 inculpés (cf texte précédent), différentes choses se sont passées. Et il semble toujours aussi important d’en partager publiquement les éléments les plus intéressants.

Les commissions d’experts pour l’analyse de l’ADN et du matériel informatique :

Tout d’abord, le 25 mai ont débuté sur la demande de la juge d’instruction les analyses ADN et informatique d’une partie du matériel saisi pendant les perquisitions du 28 mars.

En ce qui concerne l’analyse ADN, l’expertise est confiée au laboratoire BIOMNIS de Lyon. Sont confiés à ce laboratoire 14 éléments à identifier. Le laboratoire doit :

  • rechercher, identifier et procéder à l’analyse génétique des traces biologiques présentes sur les scellés
  • transmettre au FNAEG, Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques, le ou les profils génétiques obtenus pour voir s’ils correspondent avec des échantillons déjà enregistrés
  • conditionner chaque prélévement et les envoyer au SCPPB (hxxps://wxw.gendarmerie.interieur.gouv.fr/ircgn/L-Institut2/Division-Criminalistique-Biologie-et-Genetique-DCBG/Le-Service-Central-de-Preservation-des-Prelevements-Biologiques-SCPPB)

La juge d’instruction fixe dans son ordonnance d’expertise la date de la fin des analyses au 30 juin

En ce qui concerne l’expertise informatique, la mission est confiée à l’IRCGN à Pontoise (Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale). Lui sont confiés 5 ordinateurs à analyser avec pour mission de :

  • procéder à l’extraction du système de fichier si cela est possible ainsi que des données effacées éventuellement présentes sur le support
  • mettre au clair des données chiffrées si possible dans le temps de l’expertise
  • faire toute observation utile à la manifestation de la vérité

Comme pour l’ADN, il a jusqu’au 30 juin pour remplir sa mission.

L’audition libre :

La personne qui a été arrêtée dans le squat et libérée sous CJ depuis le 17 avril a été convoquée en audition libre par rapport à 3 enquêtes : la première sur une série de tags commis à Ambert en 2017, la seconde sur un vol en réunion dans un supermarché de bricolage et la troisième pour usage illicite de stupéfiant après la découverte d’un pochon d’herbe pendant la perquisition du squat.

Ces enquêtes ne sont pas liées, en termes de contenu, avec les faits reprochés il y a deux mois, mais l’audition du compagnon découle plus ou moins directement des perquisitions du 28 mars. Bien qu’il ait été interrogé par les gendarmes d’Ambert, l’audition se déroulait dans les bureaux de la section de recherche de Clermont-Ferrand (pour rappel, c’est la section de recherche qui pilote l’enquête sur l’attaque contre Enedis). L’audition a eu lieu le 30 mai.

Il semble tout d’abord intéressant d’expliquer les raisons qui ont fait que le compagnon s’est rendu à cette audition. Il faut savoir que légalement, une personne convoquée à une audition libre a l’obligation de s’y rendre. Bien entendu, il n’y a pas de risque en soi à ne pas se présenter et ça aurait pu être une façon de ne pas faciliter le travail des flics. D’un autre côté, une personne qui ne se rend pas à une convocation prend le risque d’y être amené par la contrainte et comme le compagnon est sous CJ et pointe deux fois par semaine au comico, cela n’allait pas être très compliqué pour eux de le faire. Il paraissait préférable au compagnon d’avoir un minimum la maîtrise du moment auquel allait avoir lieu cette audition.

Pour continuer d’expliquer un peu ce qu’est une audition libre, il faut dire que la différence principale avec la GAV est que la personne entendue est censée pouvoir partir à tout moment. Cependant il est clair (et ça a été souligné au compagnon en intro de l’audition) que si tout ne se déroule pas comme prévu pour les flics, ils peuvent placer la personne en GAV. Mis à part le droit de partir quand on le souhaite, les droits de l’audition libre en termes d’expression sont les mêmes que pour la GAV : répondre aux questions, faire des déclarations spontanées ou garder le silence. Le compagnon a fait le choix de se rendre à cette audition sans avocat car il avait prévu de ne rien déclarer.

L’audition libre s’est déroulée de manière très procédurale avec trois procès-verbaux qui se succèdent (un par enquête). Tout au long des différents interrogatoires, le compagnon a maintenu un «rien à déclarer». De manière assez classique, les flics ont essayé de lui mettre la pression de différentes façons. Par exemple, à propos du «vol en réunion» ils lui ont dit des choses du genre «si tu reconnaissais les faits ça pourrait se régler à l’amiable avec le magasin alors que là tu vas passer en procès en correctionnelle et tu vas prendre cher» ou encore pour l’histoire de stup «c’est vraiment dommage, là ça va être l’injonction thérapeutique assurée». Et même en s’y étant préparé, ce genre de coup de pression peut instiller le doute.

C’est assez évident que par ces interrogatoires périphériques les flics cherchent à avoir des infos sur d’autres membres potentiels de l’association de malfaiteurs qu’ils sont en train de tricoter dans leur bureau. Et s’il y avait encore un doute concernant le lien entre ces interrogatoires et l’affaire enedis, il suffisait d’entendre l’OPJ en charge de l’audition affirmer qu’il compte verser le dossier sur les tags à l’instruction pour étayer l’association de malfaiteurs.

Tout au long de cette audition le refus de parler s’est doublé d’un refus de se soumettre au prélèvement d’ADN et de signalétique (empreintes + photos) ce qui a donné lieu à un quatrième procès-verbal bonus. Afin de faire craquer le compagnon, on lui a dit que c’est débile de pas filer son adn alors qu’il a déjà été pris à son insu pendant la garde à vue du mois de mars (grâce à une petite cuillère). Quand on lui demande alors pourquoi il refuse toujours de donner son ADN, il répond pour la première fois de l’audition que s’il est déjà dans les fichiers il ne voit pas pourquoi il devrait le redonner. Suite à ça l’OPJ fera une vérification en direct dans les fichiers du FNAEG et en effet son ADN est bien enregistré. Donc le flic laissera tomber les poursuites pour refus d’ADN et ne gardera que celle pour refus de signalétique.

Enfin, en guise de cerise sur le gateau, l’OPJ a affirmé à la fin de l’audition qu’ils seront amenés à se revoir bientôt. D’après lui, deux plaintes ne vont pas tarder à être déposées contre le titulaire du contrat d’électricité du squat pour vol d’électricité et escroquerie.

Pour finir :

L’avocat qui défend les deux inculpés n’a toujours pas reçu le dossier « Enedis ». Donc pour le moment, il n’y a pas eu possibilité de commencer à réfléchir/construire concrétement la défense et notamment l’appel de la mise en examen qui devra avoir lieu, selon les délais légaux, avant fin septembre. En attendant de potentiels nouveaux mouvements de l’ennemi, on reste attentif.ve.s aux développements, que ce soit pour l’affaire d’Ambert, celles de Toulouse et de Limoges et plus globalement aux attaques juridico-policières contre les anarchistes et autres insoumises à ce monde mortifère. Et on continuera à écrire autant que possible. Pour se tenir chaud, pour parler de désirs et faire circuler des infos mais aussi pour nourrir les brasiers à venir.

En bonus, certaines raisons qui peuvent motiver un.e individu.e à garder le silence dans ce genre de situation :

  • pour ne pas rentrer dans des considérations innocence/culpabilité
  • parce qu’il n’y a pas de questions innocentes et que toute réponse peut se retourner contre nous
  • parce que lorsque les flics voient dépasser un bout de fil, ils vont chercher à tirer dessus pour dérouler toute la pelote
  • parce que le silence, lorsqu’il est total et décidé à l’avance, peut aussi être un confort puisqu’il évite de se poser toutes les 2 secondes la question « et là je réponds quoi ? »
  • parce qu’il peut être un rempart derrière lequel se protéger du stress ou de la fragilité provoqué.e (à dessein) par ces interrogatoires
  • pour emmerder les flics
  • pour mettre en évidence le fait que l’on considère les flics comme des ennemis et pas comme des interlocuteurs*

* Il n’est bien sûr pas question d’insinuer que des personnes qui feraient un autre choix que celui de garder le silence seraient de fait et de manière très binaire des personnes validant la distinction « innocence/culpabilité » ou considérant les flics comme des fonctionnaires respectables

[Publié sur indymedia nantes, jeudi 28 juin 2018]

This entry was posted in ACAB, Contre la société de contrôle et de surveillance, Contre-Information, Feu aux prisons, Réflexions sur l'action directe et la répression, Répression, solidarité and tagged , , . Bookmark the permalink.