Allemagne : Chronique d’actions directes – Juin 2018

Aperçu des désordres incendiaires en Allemagne au cours de ce mois de juin 2018. Les attaques vont de la plus récente à la plus ancienne. Toutes ont été reprises du blog Chronik. Plusieurs sont retranscrites des médias, d’autres sont revendiquées par communiqué. Des extraits de chacun d’entre eux sont retranscrits.

*****

Berlin, 19 juin 2018 : vers 2h15, des « personnes qui salissent le réseau » se sont introduits sur un parking de la Sewanstraße pour déposer des engins incendiaires sous plusieurs voitures de la Deutsche Telekom. Quatre voitures sont complètement réduites en cendres. Deux autres sont sévèrement endommagés.

15 juin : au cours de la nuit, le feu a embrasé cinq véhicules de la Deutsche Bahn sur le parking réservé à l’entreprise de la Kaskelstraße à Rummelsbourg. La plupart était des fourgonnettes avec le logo de la société ferroviaire floqué sur la carrosserie. Les flammes ont également endommagé un bâtiment à proximité.

14 juin : câbles et boîtiers électriques d’une antenne radio de Vodafone sont incendiés à Tiergarten. En plus de la téléphonie mobile, cette antenne est aussi utilisée pour les communications radios des flics et des autorités.

Ces trois attaques ont été revendiquées dans un même communiqué). Sont contestés le projet de Google-Campus à Kreuzberg, contre lequel une lutte active est menée depuis plusieurs mois déjà, la mainmise de la technologie sur nos vies et nos relations sociales, qui espionnent et surveillent toujours plus étroitement notre quotidien, permet aux dominants de smartifier les villes au profit des riches et des puissants…

« Par ces attaques, nous ciblons quelques uns des gros fournisseurs de réseau en Allemagne qui, avec leurs antennes radio, câbles de fibre optique et réseau ferroviaire, constituent un des piliers importants des flux de marchandises et de données. Ceux-ci sont indispensables au fonctionnement du capitalisme. » […] « Par ces actes nous envoyons des signaux de fumée à tou.te.s les prisonnier.e.s de la guerre sociale et à celles et ceux qui se trouvent en cavale, loin de l’Etat et de ses sbires. Nos salutations spéciales vont à Lisa, Thomas, Nero, Isa, UP3 et les prisonnier.e.s du G20″ »

Leipzig, 15 juin 2018 : deux pelleteuses d’un chantier au quartier du parc Mühlholzgasse ont été livrées aux flammes. L’attaque, revendiquée à travers un communiqué, se dirige contre la ville des riches et des puissants qui est en aménagement constant. « Nos salutations combatives s’adressent à tou.te.s celleux qui de nuit colorent les murs et s’opposent un tant soit peu à l’occupation permanente des flics, qui ne se laissent pas intimider par la répression et l’État policier, qui ne veulent pas accepter plus longtemps la surveillance et le contrôle de l’espace public ».

Brême, 12 juin 2018 : incendie d’une borne de péage de la route nationale 75. « […] La surveillance du trafic des routes nationales est une étape supplémentaire, une étape vers un recensement en direct de grande envergure et d’enregistrement des déplacements et des activités de toutes et tous. Il est important de saboter le renforcement de la surveillance et l’amélioration de leurs méthodes, et il s’agit toujours de défendre les libertés existantes et de préserver notre capacité à se déplacer de manière incontrôlée. […] Nous saluons tou.te.s celleux qui sont visé.e.s par la répression dans le cadre des enquêtes et mandats d’arrêts émis au niveau international en lien avec le sommet du G20 »

Berlin, 12 juin 2018 : la partie d’accès aux visiteur.se.s du Bundestag a été saccagée. Des inconnus sont entrés par effraction en passant par le local poubelle provisoire à l’entrée ouest du bâtiment. Des appareils techniques ont été détruits, du mobilier renversé et le tout aspergé à l’extincteur. Il paraît que les flics n’ont aucune idée quant aux auteur.e.s et leurs motivations de faire ce passage destructeur, qui a été découvert aux alentours de 2h19.

Dresde, 9 juin 2018 : ce samedi avait lieu une journée porte ouverte de l’armée allemande. La nuit précédente, deux voitures de cette institution de soumission et de mort sont parties en fumée (une Skoda Octavia et une Mercedes Benz Sprinter). Elles étaient garées à l’angle de la Stauffenbergallee et de la Rudolf-Leonhard-Straße à proximité d’un hôtel. Dans les deux cas, il s’agit d’un incendie volontaire puisque le feu est parti d’un des pneus de la voiture.

Leipzig, 8 juin 2018 : flics et pompiers sont appelés par un passant aux alentours de 00h30 après avoir entendu une déflagration et aperçu de la fumée et des flammes s’échapper d’un chantier dans le secteur de la Gießerstraße/Aurelienstraße. D’après les premiers éléments de l’enquête, des inconnus sont parvenus à pénétrer dans une zone de chantier clôturée et après avoir brisé une vitre de la cabine d’une pelleteuse, ont jeté un engin incendiaire à l’intérieur. La cabine du conducteur de l’engin a été complètement détruite par les flammes. Ce sabotage a mis hors service le système électrique de l’appareil. Les dommages s’élèveraient à environ 50.000 euros. Une enquête a été ouverte.

Leipzig, 6 juin 2018 : environ 12 vitres d’un institut de formation, situé dans la Karl-Heine-Straße, ont volé en éclats après avoir reçu des pavés. Par ailleurs, la façade du bâtiment a été souillée au goudron. A une centaine de mètres de là, un bureau d’études a également été attaqué : plusieurs grandes baies vitrées ont été brisées. Les dégâts atteignent près de 20.000 euros.

This entry was posted in Actions directes, Anti-nucléaire, Antimilitarisme, Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers, Contre la science et la technologie, Contre la société de contrôle et de surveillance, solidarité and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.