Italie : Contre le TAP et ses complices

Les travaux pour le gazoduc TAP [1] sont en train de dévaster, à Meledugno [2] un large secteur d’oliveraies séculaires. Depuis mars 2017, cela fait désormais un an, il y a une mobilisation de la population locale, d’abord pour empêcher l’éradication des oliviers, ensuite contre le chantier lui-même, gardé par des centaines de policiers, des barrières en béton et des barbelés.

Barricades, blocages routiers, ralentissements et occupations des camions et autres formes de résistance s’enchaînent ces derniers mois, élargissant la lutte des nombreux ennemis contre le ravage prévu, qui, en cette phase, signifie un énorme travail de bétonnage et qui se poursuivra avec un tunnel creusé sous la plage de San Foca.

Ce qui grandit aussi, c’est la conscience que, pour arrêter cette œuvre, il faut se mettre en jeu directement, sans compromis ni médiation, ni délégation, de manière autonome des institutions et des partis politiques, en auto-organisant sa propre lutte.

Nous savons aussi que, si ceux qui veulent ce gazoduc sont les raisons du marché et de l’économie mondiale, ces mêmes entités qui voient notre planète uniquement comme une énorme réserve à exploiter jusqu’au bout – une occasion après l’autre pour augmenter ses gains économiques et son pouvoir, sans aucun souci pour les ruines que chaque nouveau projet laisse derrière lui – chaque jour, ce projet avance grâce à la complicité de petites et moyennes entreprises locales qui, en contrepartie d’un mesquin intérêt économique, sont en train de participer à la destruction du territoire.

ARRETER LE TAP C’EST POSSIBLE

Les engrenages qui permettent l’avancement des travaux sont nombreux. Nous invitons à les bloquer. Les moyens pour le faire sont multiples et les entreprises à entraver sont bien connues par tout le monde.


Ainsi depuis toujours

Dans la guerre qui fait rage, chacun a son rôle, et la police a son rôle éternel : l’application de l’ordre, celui qui garantit l’opulence à l’État et au Capital.

La police a historiquement été fondée comme une force pour gérer les pensées, les désirs et les aspirations de la population. Prévention, contrôle et, si nécessaire, répression brutale.

Les premières cibles sont, naturellement, tous ces groupes sociaux opprimés qui ne sont pas en mesure de partager l’opulence de l’État et de la classe au pouvoir : la plus grande partie de la jeunesse des métropoles, les ouvriers, les chômeurs, les grévistes, les contestataires de toute sorte, les habitants « en trop », tels réfugiés et immigrés, rom, SDF, tous les parias de la machine capitaliste.

Mais, avant tout, qui d’autre sinon les perturbateurs les plus obstinés de l’Ordre imposé ?

Nous ne cherchons pas de trêve. Nous cherchons une manière d’arrêter un projet scélérat de destruction. A cause de cela, ils voudraient nous intimider, à cause de cela nous ne reculerons pas.

NON AU TAP, NI ICI NI AILLEURS.


 Notes de traduction:

[1] Trans-Adriatic Pipeline : un gazoduc qui devrait traverser la Grèce, l’Albanie et la Mer Adriatique vers l’Italie afin d’y approvisionner du gaz en provenance d’Azerbaïdjan

[2] près de Lecce, dans le Pouilles

[Traduit de l’italien de Round Robin, 19.03.2018]

This entry was posted in Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers, Contre la science et la technologie, Publication and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.