Limoges (Haute-Vienne) : Nouvelle attaque incendiaire contre Enedis – 11 février 2020

Dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 février 2020, une attaque incendiaire a visé un site d’Enedis, détruisant au total huit véhicules. L’incendie a été revendiqué au quotidien local Le Populaire du Centre. Un tag a été retrouvé sur place mais il était dissimulé par les forces de l’ordre pour les besoins de l’enquête selon notre équipe. Le parquet de Limoges a saisi la police judiciaire et ne communique pas pour l’instant. Les dégâts s’élèveraient à plus de 400 000 euros.

Huit véhicules appartenant à Enedis ont brûlé dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 février, sur le site de l’entreprise d’énergie avenue de la Révolution, à Limoges. Des policiers nationaux en patrouille vers 00h30 ont remarqué l’incendie et appelé les pompiers.
Selon les premières constatations, cinq véhicules auraient été incendiés volontairement, trois autres auraient brûlé par propagation du feu. La quasi-totalité des véhicules détruits sont des camions.
L’un des véhicules est unique et sert à faire des repérages de détection de câbles ou de pannes réseaux selon la direction qui indique que certaines opérations ont dû être annulées ce 11 février à cause du sinistre.

Dans la nuit, la police a mis en place des surveillances sur d’autres sites sensibles d’entreprises susceptibles d’être visées par ce type d’actions.

Ce mardi 11 février, peu avant 13 heures, un courriel anonyme « sabotage Enedis » envoyé au média local Le Populaire du Centre et à labogue.info revendique l’incendie de cette nuit:

Vous
tuez les petits zoiseaux et les circaètes jean le blanc

nous
on n’en veut pas de vos éoliennes industrielles big business ni des mégatransformateurs ni des THT

Vous
détruisez les arbres, les forêts
Vous
détruisez le monde

nous
on veut pas du nucléaire
on ne veut pas de linky,
ni big data ni big brother

Nous
on veut une retraite dorée :
le SMIC à 10 briques, la retraite à 20 piges

Vous
nous parlez de transition écologique

nous
on vous répond sabotage
(de sabot : chaussure en bois… à l’usine, se dit des dégâts occasionnés à des machines par des sabots)

Selon le directeur territorial d’Enedis, Jean-Luc Gautier, le préjudice s’élève à 400 000 € : Ont été touchés des véhicules d’intervention technique contenant beaucoup de matériel. Cela peut pénaliser nos missions de service public. Sur ce parc sont stationnés une cinquantaine de véhicules, a-t-il précisé.

En octobre 2017, l’entreprise Enedis de Limoges avait déjà été la cible d’incendiaires. 21 véhicules avaient été détruits ou endommagés par les flammes. L’acte avait à l’époque avait été revendiqué par le Groupe d’élues opposées aux compteurs Linky (DECCLIN) auprès du Populaire du Centre, là encore.

 

[Repris de divers articles des journaflics, 11.02.2020]

This entry was posted in Actions directes, Anti-nucléaire, Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers, Contre la société de contrôle et de surveillance and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.