Chili : Contre la paix sociale – Du 21 au 24 novembre 2019

« On pourrait dire qu’en ce moment, ces trente derniers jours, notre société souffre d’une maladie grave. Supposons que ce soit un cancer : dans le cadre médical, le traitement se fait avec de la chimio et parfois de la radiothérapie. Quand on cherche à résoudre ce problème, on tue les cellules bonnes et les cellules mauvaises. C’est un risque à prendre… »

Général Enrique Bassaletti, responsable pragmatique de la zone Santiago-est des carabineros et justificateur-en-chef des 1500 hospitalisés par balles policières en un mois, 22 novembre 2019

« La paix, l’ordre public et la sécurité des citoyens sont des éléments-clefs pour que le Chili progresse et pour que les familles chiliennes améliorent leur cadre de vie et parviennent à de plus grands niveaux de bonheur »

Sebastian Piñera, homme d’affaires dont la fortune personnelle était de 2,3 milliards de dollars en 2017 et heureux Président de l’ordre au Chili, 24 novembre 2019

Jeudi 21 novembre fut, selon le ministère de l’Intérieur, « la journée la plus violente depuis l’accord pour la paix » signé le 15 novembre entre les dix partis de gauche et de droite. Et comme mieux vaut prévenir que guérir, l’Etat chilien entend non seulement augmenter le nombre de carabineros dans la rue pour tenter d’en finir avec la révolte en y associant son homologue français, mais aussi ressortir l’armée des casernes, cette fois pour « protéger les infrastructures critiques ». Mais qui a cru un jour qu’on pouvait bêtement acheter la paix sociale avec l’ignoble proposition de réécriture citoyenne d’une nouvelle Loi Suprême ?

22/11, un des nombreux affrontements quotidiens depuis plus d’un mois

Infrastructures critiques.

A Collipulli mercredi 20 novembre, une manifestation contre le projet de barrage hydro-électrique Agua Viva sur le fleuve Río Renaico se termine par des affrontements avec les carabineros, et le saccage des bureaux de la compagnie d’électricité Frontel (groupe Aesa, Sociedad Austral de Electricidad). A Tocopilla le 21 novembre vers 21h, une centaine d’émeutiers attaquent la centrale thermique d’Engie après avoir démonté son grillage, saccageant des installations et incendiant une salle de réunion ainsi que deux véhicules sans réussir à ce qu’il touche la partie critique de cette infrastructure.
Dimanche 24 novembre, Piñera en visite à l’école des sous-officiers des carabiniers a annoncé qu’entre le retour de récents retraités et la sortie anticipée de jeunes recrues des écoles de formation, ce sont 4.354 carabineros supplémentaires qui vont renforcer dès décembre les effectifs actuels. De plus, la Présidence va envoyer ce mardi un projet de loi urgent au Congrès afin de permettre à l’armée de ressortir des casernes sans avoir besoin de décréter l’état d’urgence, en protection de plusieurs types d' »infrastructures critiques«  (centres de fourniture d’électricité, de gas et d’eau, structures de communication et d’internet, commissariats de police et peut-être centres de transport comme les métros ou les aéroports), ceci permettant en outre d’affecter dans la rue les carabineros détachés à cette surveillance. Enfin, Piñera a précisé lors de cette visite que le Chili a demandé l’assistance internationale de spécialistes policiers en provenance d’Espagne, d’Angleterre et de France, « pour enrichir la stratégie et le processus opérationnel afin d’améliorer les mécanismes de contrôle de l’ordre public« , par le biais de leur coopération au sein de la Banque Interaméricaine de développement (BID).
Ce qui est frappant dans ce miroir inversé tendu par le pouvoir, c’est qu’il pointe la course de vitesse engagée contre les révolté.e.s : d’une part tenter de reprendre le contrôle de la rue quantitativement avec beaucoup plus de carabineros (plus 10% d’augmentation des effectifs avec ces mesures) et qualitativement en expérimentant de nouvelles tactiques issues des services contre-insurrectionnels européens, d’autre part en souhaitant protéger à tout prix (avec l’armée donc) des structures cruciales dont l’économie chilienne est dépendante, l’énergie, les télécommunications et les transports. Des infrastructures jusqu’à présent peu touchées par les incontrôlés dans cette révolte qui se concentre plus sur les commerces et les bâtiments d’Etat (sauf le métro de la capitale, mais qui refonctionne à présent aux 2/3, et quelques antennes de téléphonie mobile), et qui si elles venaient à être atteintes pourraient peut-être provoquer un basculement vers une possibilité insurrectionnelle. Au Chili, l’économie ce sont bien sûr au nord les mines de cuivre, au centre le port de Valparaiso ainsi que le vin ou les avocats, et au sud l’agro-industrie forestière ou les élevages industriels de saumon, mais c’est également tout un ensemble d’industries intermédiaires. Lundi 25 novembre, à force d’incendies depuis plus d’un mois, l’un d’eux est presque passé pour un banal fait divers. C’est pourtant rien moins qu’un énorme complexe chimique de fabrication d’huiles industrielles qui a pris feu à Lampa vers 2h30 du matin au nord-ouest de Santiago, dans la zone industrielle de Valle Grande (qui compte près de 800 entreprises). Dix énormes cuves d’acétylène (30 000 litres) ont pris feu, dont l’une a explosé, et 1700 barrils d’huile ont aussi été incendiés, détruisant au passage deux entreprises de transport adjacentes. Près de 200 pompiers ont travaillé pendant dix heures d’affilée, les écoles alentours de Lampa et de Colina ont été fermées, et les causes demeurent bien entendu inconnues pour l’instant. Faire cesser de nuire ce genre de Seveso sur pied comme toute autre zone industrielle ou commerciale peut passer par des inondations ou des incendies, au Chili comme ailleurs, mais aussi justement par des sabotages des flux d’énergie et de télécommunication dont elles ont tant besoin. Ces flux que le pouvoir entend très rapidement faire surveiller par l’armée, pour ne pas que la situation devienne totalement incontrôlable et risquer de perdre beaucoup plus que ce qui a été touché jusqu’à présent par cette révolte.

Attaques diffuses.

A Viña del Mar

Jeudi 21 novembre, à Antofagasta au milieu d’affrontements, pillage de six magasins (dont Abcdin, une pharmacie Salcobrand, la boutique locale d’articles Sportiva), sans compter celui jeudi soir du supermarché Jumbo au nord de la ville. Pendant près de quatorze d’heures d’affilée (de 13h jusqu’à 3h du matin), le commissariat de la zone nord a également été attaqué par une foule de 700 personnes avec pierres (alimentées par le travail de marteaux et burin aux alentours), molotovs, armes à feu artisanales : 26 flics blessés, 10 véhicules garés à l’intérieur (trois de patrouille et sept personnels) détruits et leurs bâtiments sévèrement endommagés. A Los Andes (Valparaiso), pillage du bâtiment de la Mutual de Seguridad (mutuelle du BTP) et incendie après pillage du magasin d’accessoires automobile AutoPlanet. A Talagante, la mairie est entièrement saccagée. A Quilicura (Santiago), le centre commercial Arauco (mall), dénoncé comme centre de torture est attaqué par 300 personnes puis une partie pillée et incendiée (7 boutiques et leur structure), et à San Bernardo c’est un bus du Transantigao qui part en fumée. A Coquimbo, une annexe de l’hôpital San Pablo est pillée puis incendiée, notamment ses bureaux administratifs de financement et fournitures, ainsi que les services de soins dentaires et d’infectiologie, pour en dérober les médicaments spécialisés. A Arica, incendie d’une station service Petrobras. A Valparaiso, incendie du concessionnaire automobile Hernández Motores avec des pneus, et pillage d’une armurerie contenant des articles de chasse (sans les armes à feu, retirées par précaution par le proprio). A Coronel, suite à de nouveaux pillages dans le centre commercial Mall Paseo Arauco, ce sont désormais 27 boutiques qui ont été « vandalisées » en tout, plus 12 nouvelles jeudi soir, cette fois dans le centre commercial Paseo Montt. A Iquique, saccage de la mairie, et ravages/pillages d’une agence de la Banco Santander, de la caisse de retraite AFP Provida, d’une agence de complémentaire santé (Isapre) Cruz Blanca. A Puerto Montt, pillages des supermarchés Santa Isabel et Líder, à Quilpué d’un supermarché Santa Isabel, et saccage des bureaux du ministère du logement (Serviu) à San Antonio. A Rancagua, une succursale de la Banco Estado est incendiée, et de nombreux commerces perdent leurs vitres (dont la préfecture régionale, une banque Santander et une station service Shell).

Selon le ministère de l’Intérieur qui a qualifié la journée de jeudi de « la plus violente depuis l’accord pour la paix » (du 15 novembre entre dix partis de gauche et de droite), il y a eu 104 carabineros blessés et 54 zones de pillages à Tarapacá, Antofagasta, Coquimbo, Valparaíso, les région de Biobío de la capitale, ainsi que des attaques (vitres brisées ou saccages) contre les préfectures de San Antonio et Osorno, les bureaux du procureur de Chillán. Enfin, il y a eu 21 attaques de commissariats de police (généralement pierres et molotovs), dont à Iquique, Pozo Almonte, Tocopilla, Antofagasta (2), Chañaral, San Antonio, San Felipe, et dans la région de Santiago à Peñalolén, Pudahuel, Cerro Navia, Malloco, Puente Alto (2), San Miguel, Huechuraba, Padre Hurtado (2), Talagante, et Quilicura.

Vendredi 22 novembre, incendies à quatre reprises qui ravagent la partie en travaux du centre culturel Gabriela Mistral (GAM) à Santiago (plus des pillages d’outils et le saccage de tableaux électriques du chantier) ; saccage de la préfecture régionale de Coyhaique dont le mobilier sert aux barricades ; incendie de la Chambre de Commerce et des bureaux du centre d’affaires (Sercotec) à Talca, dont le mobilier est incendié dans la rue ; incendie de l’usine de saucisses Satorres à La Cisterna ; pillage d’un supermarché Santa Isabel à Temuco (22 arrestations) ; pillages à Maipú (Santiago) d’une agence Banco Estado, d’un supermarché Santa Isabel et d’un magasin de téléphonie mobile WOM. Signalons aussi ce maginifique « saisir l’occasion« , puisqu’à Maipú peu avant minuit, alors que des affrontements se produisaient aux alentours comme très souvent depuis quatre semaines, un groupe d’inconnus a littéralement dévalisé une agence de la Banco Estado, en utilisant un chalumeau oxy-acétylène pour percer son coffre fort : 16.000 dollars en espèce, 3.800 euros et 150 millions de pesos chiliens (soit 190 000 dollars), plus deux fusils des vigiles privés ont été dérobés. Pillage d’une station-service Petrobras à Puente Alto (Santiago) et d’un magasin de chaussures Bata parmi une dizaine de pillages à Concepción. A Iquique, pillages d’une station service Petrobras, d’un supermarché Jumbo, saccage dune boutique de téléphonie Entel, d’une pharmacie Cruz Verde et d’un McDonalds. En tout, sept nouveaux commissariats ont été attaqués à Santiago et dans les villes de La calera (centre), Bulnes et Los Ángeles (sud).

Samedi 23 novembre. Incendie d’un bus du transantiago à Pudahuel (Santiago) ; à l’aube en zone mapuche, trois engins forestiers de l’entreprise Forestal Mininco partent en fumée à Trovolhue (Carahue) ; incendie nocturne à l’intérieur d’une Banco de Chile et d’un magasin de chaussures à Talca, et pillage d’une agence de crédit Copeuch ; incendie d’un atelier mécanique avec les véhicules en réparation à l’intérieur à Puerto Montt ; incendie de l’ancienne caserne de carabiniers à Curanilahue ; pillages d’une pharmacie Cruz Verde à Santiago, d’un commerce Telepizza à Villa Alemana (Valparaíso). Attaques de comicos à Huechuraba, Pudahuel et Padre Hurtado (grand Santiago) et de la préfecture à El Loa (Antofagasta).

Dimanche 24 novembre. A San Ramón (Santiago), incendie nocturne du bâtiment administratif de la compagnie d’életricité Enel, plusieurs fois pillé depuis le 18 octobre ; à Puente Alto, incendie nocturne de l’hypermarché Acuenta ; à Punta Arenas, l’entrée du siège du député (de gauche) Gabriel Boric se mange un molotov ; à La Granja, jets de molotovs contre le collège Malaquías Concha ; à Cachapoal, destruction des vitres de la préfecture régionale, et des comissariats attaqués à Huechuraba, Padre Hurtado, Peñalolén et Pudahuel (où un carabinier a été blessé par une balle qui a traversé son visage pour se loger dans la zone paravertébrale. Elle y était toujours, 24h plus tard).

Répression.

Pour donner un exemple des enquêtes qui se poursuivent chaque jour par des incarcérations liées aux enquêtes : un homme de 26 ans est incarcéré pour un des sept incendies de l’immeuble de bureaux Caja Los Andes à Concepción, celui du 25 octobre qui a consummé trois étages (notamment sur la base de vantardises sur Whatsapp et de caméras internes de vidéosurveillance) ; trois étudiants sont incarcérés pour l’incendie de deux cabines du péage de Teno (région du Maule) du 28 octobre. Des cas d’attaques contre les émeutiers se produisent également régulièrement, citons-en deux connus : à Reñaca (Viña del Mar) le 10 novembre, l’universitaire libertarien nord-américain John Cobin bloqué dans sa camionnette a refusé le « el que baila pasa » en vigueur depuis le début du mouvement (« celui qui danse peut passer« ) et tiré avec son fusil dans la foule vêtu du gilet-jaune des citoyens-flics chiliens, blessant une personne à la jambe (Cobin est depuis en préventive) ; à Antogasta le 21 novembre, un commerçant a foncé à toute allure avec sa voiture dans la foule de manifestants, faisant 9 blessés (il est en préventive). Enfin, autre nouveauté répressive, lundi 25 novembre la municipalité de Concepción vient d’annoncer l’embauche de 50 gardes privés pour « assurer la sécurité des commerces« .

Des chiffres.

Selon les pompiers de Concepción, ils ont dû effectuer près de 117 sorties pour des incendies depuis le 18 octobre, tandis que les services municipaux de la ville ont déclaré avoir retiré 700 tonnes de décombres suite aux attaques depuis cette date. Le 23 novembre, le parquet national a également fournit ses comptes : 17.434 personnes poursuivies pour des délits de désordre, violence et pillage, soit une augmentation de 72% par rapport à 2018. Sur ce nombre, 1.431 personnes sont incarcérées en préventive et 15.481 sous contrôle judiciaire (interdictions de sortir du territoire, de paraître dans des lieux, etc). Une enquête annuelle de Medbelle sortie ce dimanche et portant sur 50 pays a comparé le prix de 13 médicaments usuels (de la Ventoline pour l’asthme au Lantus pour le diabète en passant par le Prozac ou le Xanax). Concernant le Chili, où la population est non seulement pauvre mais en plus mal couverte (et sans même compter le coût des transports ou les différences de revenus), elle a conclut que ces médicaments y sont vendus 32% plus chers que la moyenne mondiale (avec des pointes à +400% pour certains d’entre eux, alors que dans d’autres pays comme par exemple la Thaïlande, le Kenya ou la Malaisie ils sont environ 90% moins chers que la moyenne mondiale). Vendredi 22 novembre, sont également sortis des bilans du côté du ministère de l’Intérieur, qui a chiffré à 4.100 le nombre de pillages depuis le début de la révolte (dont 45% dans le grand Santiago), le nombre de manifestations à 1.073, et celui de ses commissariats attaqués à 154.
Côté sondages, le président Piñera a désormais atteint la côte de popularité la plus basse depuis qu’ils existent (12%), tandis que 67% des sondés souhaitent toujours que la mobilisation continue. Et enfin, dernier chiffre : une grande partie des 110 000 jeunes nés en 2001 (donc âgés de 18 ans) et tirés au sort pour compléter les engagés volontaires ont fait de gigantesques queues toute la semaine au cri de de « ¡No queremos ser milicos! » devant les centres de recrutement de l’armée, dans l’espoir d’être exemptés du service militaire. Cette année, les militaires ont tiré au sort près de 95% des non-volontaires de cette classe d’âge pour compléter leurs effectifs, vu que le nombre de recrues volontaires annuel a chuté de 30 000 en 2006 à 13 000 en 2018 (et 8 900 en octobre), sans compter les 56 000 insoumis comptabilisés en 2015, qui ne s’étaient même pas présentés depuis plusieurs années à la caserne pour tenter d’être exemptés (en arguant être chargé de famille, faire des études, avoir une incapacité physique, etc.). Beaucoup trop d’insoumis en tout cas pour être tous poursuivis, si bien qu’en juin 2019 le parquet national a tout simplement décidé de clôre 21.500 dossiers de plaintes à ce titre. Gageons que cette année le nombre de réfractaires et d’insoumis au service militaire sera un peu plus nombreux que d’habitude, puisqu’il a suffi à tout un chacun d’ouvrir les yeux pendant la semaine de l’état d’urgence où ils ont géré l’ordre public fin octobre pour se rendre compte de la fonction réelle de ces assassins, tortionnaires et violeurs en uniforme : faire régner le terrorisme d’Etat contre la population civile, y compris à l’intérieur des frontières…

Politicailleries.

Ce lundi se réuniront les partis d’opposition et du gouvernement dans le cadre de la commission technique qui travaille sur le processus constituant (composée de 7 représentants de chaque bord) : les débats portent sur l’abaissement du droit de vote à 16 ans, la parité, la représentation des « peuples originaires » (vers un quota de 10% de délégués à la convention constitutionnelle) et le vote obligatoire, celui des chiliens établis à l’étranger, le nombre de sièges et l’intégration institutionnelle au processus des partis indépendants, des cabildos et des assemblées de quartier. De plus, la commission des lois constitutionnelle de la chambre des députés vient d’approuver à l’unanimité des partis la proposition de baisse de 50% du salaire des parlementaires et de toutes les autorités (juges, préfets, etc.), qui devra par la suite être approuvée aux 3/5e par les députés. En face, le parti communiste et quatre autres satellites qui ont refusé l' »accord pour la paix sociale et la nouvelle constitution » du 15 novembre, vient de proposer son alternative dimanche 24 novembre. Nommée « Acuerdo Soberano » (accord souverain), son idée est de proposer une troisième possibilité lors du référendum d’avril 2020, à savoir une future Assemblée constituante souveraine où les représentants d’assemblées de quartier et les « dirigeants sociaux et syndicaux » pourront êtte candidats. Si le charme des bureaucraties staliniennes est de ne pas changer en tentant de promouvoir leurs propres « dirigeants« , le parti communiste chilien s’inscrit clairement dans le même cadre que tous ses concurrents, à savoir tenter de sauver les meubles et de faire avancer son propre agenda politique sur le dos d’une révolte autonome sans leaders ni partis. Dans le même genre, on peut souligner le sale travail des ONG et associations de quartier, qui montent un peu partout des ateliers et sessions citoyennes pour former la population à s’approprier et réviser la Constitution, ou encore cette brochette de huit bouffons « experts de la société civile » qui constituent le Conseil d’Observateurs qui va superviser la consultation internet nommée « El Chile que queremos » (le Chili que nous voulons) lancée le 23 novembre par le Ministère du développement social. On notera enfin que l’ex-ministre des Affaires Etrangères puis de l’Intérieur des gouvernements Bachelet et désormais sénateur PS, José Miguel Insulza, a comme d’autres politiciens ces derniers jours été pris à partie dans la rue aux cris de « traitre« . Il avait déclaré au début du mouvement « Je suis partisan de réprimer avec énergie la tentative de sauter par-dessus les tourniquets pour ne pas payer« , ce qui lui a valu à Arica ce week-end d’être recouvert de peinture, insulté et chassé de la rue.

Syndicailleries.

Une nouvelle journée de grève générale est prévue mardi 26 novembre, à l’appel du bloc syndical de la « Mesa de Unidad Social« , approuvée par les syndicats de la santé, de l’éducation, des ports et transports. Convoqués vendredi par le ministère de l’Intérieur pour dialoguer avec la Présidence, plusieurs dirigeants syndicaux ont d’ores et déjà accepté l’invitation, puisque négocier pour cogérer l’existant est leur fonction. Comme leurs collègues des partis politiques de gôche l’avaient fait avant eux pour pouvoir enfin s’asseoir à la table des négociations, ils ont d’abord dû rallier le mot d’ordre du pouvoir, inscrit jusque sur le site officiel de la police chilienne (PDI) : « Nous lançons un appel à la paix sociale. Parce que nous aimons le Chili, nous arrêtons la violence« .
Esmeralda Contreras, présidente à Iquique du syndicat CUT, a par exemple déclaré ceci dans une interview au journal La Estrella du 23 novembre : « en tant que Mesa de Unidad Social, nous faisons des manifestations en plein jour, à visage découvert, où participent les travailleurs, et ceci depuis le début. En tant que Mesa, et je le dis de façon responsable, nous n’avons participé à aucun type de pillage ou de vandalisme ou autres qui ont détruit la ville, qu’en tant qu’habitants d’Iquique nous aimons« . Son collègue Patricio Llerena, responsable du syndicat de fonctionnaires ANEF, a rajouté : « ceux qui détruisent ne sont et n’ont jamais fait partie de nos manifestations« . Du côté des autres syndicats, comme la CAT (Central Autónoma de Trabajadores, équivalent de la CFDT), la CTCH (Central de Trabajadores de Chile, une scission de la CUT fondée en 2018 par son ancien président) et l’UNT (Union Nacional de Trabajadores de Chile, équivalent de la CFTC), heureux hasard du calendrier, ils ont signé le lundi 25 novembre une déclaration conjointe avec des représentants patronaux disant explicitement ceci : « Face à la persistance et à la gravité des actions violentes menées par des groupes délinquants et antidémocratiques, les centrales syndicales du secteur privé, les associations patronales des PME et les patrons qui composent le Foro Trabajadores-Empleadores [Forum travailleurs-patrons] en appellent au gouvernement, à l’opposition, au pouvoir législatif, aux policiers, aux procureurs et aux juges pour prendre urgemment toutes les mesures nécessaires qui permettent d’éradiquer la violence et la délinquance, de garantir l’ordre public et la sécurité… Nous nous joignons avec conviction et un sentiment d’urgence à l’Accord pour la paix, la démocratie et contre la violence. »
Tous ces discours ont été très bien enregistrés, puisque le Président de la chambre des députés Iván Flores (de la démocratie-chrétienne, DC) a proposé ce même lundi d’associer les syndicats au pacte d’unité nationale des partis contre la révolte en ouvrant des négociations avec eux, exposant que « nous devons séparer le juste mouvement social des actes de terreur liés au vandalisme. La question est que tant que nous ne donnons pas de réponses aux demandes sociales, nous ne pourrons attaquer les faits de violence, c’est-à-dire les isoler avec clarté et sans ambiguités ». Un point qui a également fait sortir de son silence le syndicat des patrons regroupant les industries du pays (SOFOFA), toujours ce même jour, pour appuyer l’ « accord pour la paix » des partis et proposer de le compléter par un « accord contre la violence« , soit « contre la délinquance, contre le vandalisme et contre la violence organisée« . Parlait-il là de la violence organisée du plus froid des monstres froids et du terrorisme d’Etat ? Pas du tout, puisque le syndicat des patrons précise plus loin dans son communiqué signé par une quarantaine de ses membres, secteur par secteur, qu’il appuie « le renforcement des capacités des forces de l’ordre et de sécurité, comme les possibilités de collaboration des forces armées dans la surveillance des infrastructures critiques du pays« .

Au final, quand une révolte généralisée commence à durer et à ouvrir des espaces de rupture, quand elle commence à faire vaciller l’ordre en place, on voit avec la situation brûlante au Chili comment la main droite et la main gauche de l’Etat peuvent soudain passer outre leurs menues différences, comment les représentants des exploiteurs et des exploités trouvent très vite un terrain d’entente. Tout, oui tout trouve alors grâce à leurs yeux, même des appels à une sanglante répression à peine voilée de façon orwelienne sous le mot « paix ». Tout, pourvu que les chaînes de la misère et de l’oppression garanties par le joug de l’Etat continuent de nous asservir. Tout, pourvu que la guerre sociale ne prenne pas le dessus sur la paix des marchés et des casernes. Comme le disait un vieil anarchiste, les partis politiques et les syndicats ne sont pas des traitres, ils font simplement leur travail au service de la domination, qui n’est jamais si précieux que lorsque celle-ci se trouve en difficulté… c’est à nous de faire le nôtre pour précipiter sa chute.

Reste également une question de poids. Combien de temps une révolte autonome de cette ampleur peut-elle durer sans procéder à de nouveaux approfondissements destructifs ? De quels espaces doit-elle s’emparer face à une hausse annoncée de la répression et à ces tentatives d’isolement ? Peut-elle rebondir une fois de plus et trouver des souffles nouveaux et inédits, y compris à l’aide de contributions extérieures qui viendraient l’appuyer ou l’alimenter ? En ce sens, l’explosion sociale qui secoue la Colombie voisine depuis trois jours est une nouvelle réjouissante. N’est-ce pas d’ailleurs à chacun.e, ici aussi, d’y mettre du sien ? Et ce ne sont pas les cibles qui manquent, par exemple celles qui remplissent déjà les vastes chronologies de la révolte au Chili, ou d’autres encore qui pourraient peut-être amplifier ou nourrir son imaginaire dans un dialogue passionnant, enflammé et solidaire…

Santiago, 21/11 nouvelles invitations à la fraude massive du métro

San Antonio, saccage des bureaux du ministère du logement

Quilicura, 21/11 incendie du Mall Arauco

Pudahuel (Santiago) 23/11 in bus incendié du Transantiago finit en barricade

Iquique, le concept de barricade-projectiles

Puente Alto, 24/11 l’hypermarché ACuenta part en fumée

Santiago, 21/11 saccage d’une station-service Petrobras

Los Andes, 21/11 saccage de la Mutual de Seguridad

Antofagasta, 21/11 pillage d’une pharmacie

25/11, « Le gouvernement propose que les militaires protègent l’infrastructure-clef des villes »

Talca, 22/11 incendie de la Chambre de commerce

Santiago, 22/11 une vitrine culturelle de la mairie (le GAM) s’enflamme

Santiago, 23/11 le molotov fait mouche sur les carabineros

[Pubié sur indymedia Nantes, 26.11.2019]

This entry was posted in A bas le travail, ACAB, Actions directes, Contre la société de contrôle et de surveillance, Répression and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.