Montpellier (Hérault) : Solidarité active avec Farid [+ Justice et citoyens travaillent, 10.09.2019]

Montpellier : Farid, le gilet jaune casseur de banques, condamné à 2 ans et demi de prison en appel –

Farid, incarcéré à Villeneuve-lès-Maguelone depuis fin mars pour avoir cassé des vitrines de banques lors des manifestations montpelliéraines des gilets jaunes, a finalement été condamné en appel à trente mois de prison ferme, alors qu’il avait été condamné en première instance à trois ans ferme. […] Plusieurs policiers se sont déplacés au palais de justice pour entendre le délibéré, rendu le cinq septembre dernier.

Le soir même, des tags ont fleuri dans le quartier des Beaux-arts de Montpellier pour réclamer « liberté pour Farid » et dénoncer « une vie brisée pour trois vitrines ». Un distributeur automatique de billets a également été cassé. Un hommage certain à Farid, qui avait revendiqué lors de son procès s’en être pris aux banques « pour lutter contre le capitalisme ».

[Repris de lepoing.net, 09.09.2019]


Montpellier : la justice travaille, sous la collaboration des balances – acte 43 [Mis-à-jour, 10.09.2019]

[Difficile de suivre le cours des événements auprès des journaflics… Tantôt « un trentenaire » (libéré sans suite?), puis un « étudiant de 21 ans » condamné non pour l’incendie mais pour avoir détruit les vitres du véhicule de patrouille…]

Le jeune de 21 ans, accusé dans un premier temps d’avoir incendié le véhicule des cowboys de la mairie, a été arrêté lors de la manifestation samedi après-midi, place de la Comédie.
A l’issue de sa comparution immédiate, hier lundi, il est apparu qu’il n’avait pas jeté de cocktail molotov dans le véhicule de la police municipale stationnée rue Saint-Guilhem. En revanche, il en aurait détruit les vitres. Il a été condamné à 4 mois de prison avec sursis et à 210 heures de travaux d’intérêt général. L’auteur  de l’incendie n’a pas été identifié (en espérant que ça continue).

« Un autre manifestant, âgé d’une trentaine d’années, a été condamné à six mois de prison pour avoir lancé une pierre sur des policiers. Il a également l’interdiction de manifester pendant un an dans la région ».

[Repris de La Gazette de Montpellier, 10.09.2019]

****

On apprend, en lisant la presse locale ce lundi 9 septembre, qu’un trentenaire a été interpellé samedi après-midi, lors de la manifestation des Gilets Jaunes et des saccages des Black blocs, dans les minutes ayant suivi l’incendie volontaire de la Dacia Duster de la police municipale de Montpellier, immobilisée, vide, dans la rue Saint-Guilhem, près du boulevard du Jeu de Paume. Depuis, il est en garde à vue au commissariat central, à la sûreté départementale de l’Hérault, mais, il nie farouchement toute implication. Il devrait être déféré ce lundi après-midi au parquet de Montpellier.

« Une source de la Ville de Montpellier jointe par Métropolitain évoque les circonstances de l’arrestation du suspect:
« Quand la voiture de la police municipale a été vandalisée à coups de marteau, pour briser une vitre latérale et que le feu a été allumé à l’intérieur, des témoins ont livré un signalement précis de l’incendiaire qui est parti à pied et transmis aussitôt à toutes les unités des forces de l’ordre présentes dans le centre-ville. Un individu correspondant au suspect, un trentenaire prénommé B****, a été localisé, alors qu’il venait de s’asseoir sur un bloc bleu anti-intrusion sur la place de la Comédie, en face de la rue Baudin. Alertés, des CRS en faction près de là ont procédé à son interpellation. Il a été remis aux policiers de la Sécurité publique ».

En plus de la voiture de police municipale incendiée, 21 vitres, portes et façades de boutiques, d’agences bancaires et immobilières ont été dégradées sur l’ensemble de la journée, selon la ville de Montpellier.

This entry was posted in Actions directes, Feu aux prisons, Répression, solidarité and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.