Gênes, Italie : Incendie d’une voiture d’ENI – 30 juillet 2019

« Nous n’attaquons que pour nous-mêmes. Pour faire et refaire l’expérience intime de notre refus du monde. Nos vies prennent sens et consistance qu’en ces poignées de secondes. » [1]

La principale raison qui nous pousse à nous impliquer, à la première personne, sans craindre les conséquences répressives possibles, c’est d’avoir conscience que nous ne sommes pas libres. Même si nous sommes hors des murs d’une prison dégueulasse, nous vivons dans un monde comparable à une prison à ciel ouvert. Les chaînes que nous portons sont en partie acceptées comme des nécessités quotidiennes, la plupart des gens les perçoivent comme des besoins physiques quasi-indispensables, par exemple l’utilisation d’ordinateurs, de smartphones, des moyens de transport… Ces chaînes sont imposées d’en haut, de ce qui s’avère de plus en plus similaire au « grand frère » d’Orwell. 

Ceux qui gouvernent savent pertinemment qu’ils ont accompli un travail remarquable en termes de distractions de masse, de besoins induits et de confusion astucieuse pour s’assurer du fait que même les opprimés aient l’ambition d’être des oppresseurs, en identifiant l’ennemi chez ceux qui se trouvent au dernier échelon. L’État doit savoir que malgré tout, il y aura toujours des individus qui n’accepteront pas leurs illusions d’omnipotence, qui ne pourront s’empêcher de sentir le poids de leurs chaînes et s’organisent en conséquence pour les détruire.

Cela a donc été fait avec une voiture d’ENI. [2]

Eni est la société qui réalise le chiffre d’affaires le plus élevé en Italie et joue un rôle fondamental dans l’économie mondiale pour l’exportation de gaz et de pétrole. Elle assure ses profits en versant le sang de milliers de civils et collabore activement avec les milices libyennes qui protègent ses puits de pétrole, ces mêmes milices qui gèrent des camps où sont commis chaque jour des viols, des actes de torture et des meurtres. Comme en Italie, où Faisal Hossai, un Bengali âgé de 32 ans, est décédé début juillet dans la prison de Turin.

Attaquer Eni, c’est attaquer l’État italien et ses intérêts économiques.

Notre prérogative est d’attaquer les structures, les moyens et tous ceux qui nourrissent et défendent la répression, de manière informelle, en profitant de moments de joie indispensables pour sortir de la résignation de la vie quotidienne.

Il existe plusieurs façons de les attaquer, nous y œuvrons avec ruse et imagination.

Mort aux oppresseurs !
Vive l’internationale noire !
Feu aux camps, aux CPR et aux prisons !
Solidarité avec tous les prisonniers anarchistes !


[Traduit d’anarhija via Anarchists worldwide]

NdT:
[1] Extrait du communiqué « Incendie de matériels et réflexions contre celleux qui s’en servent », revendiquant les incendies des 14 et 16 mai 2019 dans la Loire: le premier contre un parking d’Eurovia (Vinci) près de Saint-Etienne, le deuxième contre une carrière à Saint-Julien-Molin-Molette.
[2] L’attaque incendiaire contre cette voiture d’ENI a eu lieu devant le siège de l’entreprise, sur la piazza della Vitoria, dans la nuit de lundi 29 au mardi 30 juillet à Gênes.

This entry was posted in A bas le travail, Actions directes, Antimilitarisme, Contre l'aménagement du territoire et l'embourgeoisement des quartiers, Contre les frontières, solidarité and tagged , , , , . Bookmark the permalink.