Grèce : Sur la solidarité révolutionnaire (du 14 au 26 mai 2019)

Ci-dessous une chronologie des actions directes contre les structures de l’Etat et du capital depuis la mi-mai 2019. Cette période a été marquée par la lutte du prisonnier communiste Dimitris Koufontinas, incarcéré depuis 2002 pour plusieurs attaques et attentats réalisés par « Organisation Révolutionnaire 17 novembre ». Il s’est mis en grève de la faim dès le 2 mai contre une décision de l’administration pénitentiaire visant à le priver de permission. Durant près de deux semaines, des attaques ont eu lieu contre les deux partis au pouvoir (ND et Syriza), ainsi que diverses institutions de la terreur du capital et de l’Etat. On apprendra le 26 mai par le communiqué d’une attaque contre Syriza [en date du 26.06] que le prisonnier en lutte est hospitalisé.


Kaisariani (banlieue d’Athènes), 14 mai 2019 : à Kaisarini, ville de la banlieue est de la capitale grecque, la voiture de Mina Karamitrou (rédactrice en chef pour la chronique judiciaire de la chaîne de télévision OPEN) part en fumée tôt le matin et quelques heures plus tard un poste de police est attaqué aux cocktails Molotov. Les incendiaires ont quitté les lieux sans encombre.
L’attaque du comico a été revendiquée, notamment en solidarité avec Dimitris Koufontinas, (membre de l’Organisation révolutionnaire « 17 Novembre », qui était un groupe de guérilla urbaine communiste actif entre 1975 et 2002) actuellement en grève de la faim. Il est en prison depuis 2002 (en anglais ici).

Athènes, 15 mai 2019 : le rassemblement pré-électoral du parti libéral ND (Nouvelle Démocratie) est attaqué dans l’après-midi sur l’avenue Syngrou, en signe de solidarité avec le prisonnier Dimitris Koufontinas en grève de la faim. Après avoir attaqué le service d’ordre du parti et pris pour cible le bâtiment dans lequel avait lieu le rencart des politiciens, les assaillant.e.s ont détruit et endommagé plusieurs voitures des membres et élus du parti (source: indymedia athens).

Thessalonique, 17 mai 2019 : attaque incendiaire contre la ligne de métro en construction. Plusieurs engins explosifs sont placés dans la station de métro du « 3 septembre » en chantier. (cf le communiqué de revendication en grec)

Chaidari, 19 mai 2019 : à l’aube, l’agence Eurobank de l’avenue Athinou est incendiée. En plus d’être un signe de solidarité avec le prisonnier D. Koufontinas en grève de la faim depuis le 2 mai, ce sabotage incendiaire est dédié aux compagnon.ne.s poursuivi.e.s et inculpé.e.s en Italie, mais aussi à la compagnonne argentine Anahi Salcedo, blessée et arrêtée le 14 novembre 2018 à Buenos Aires lors de l’attaque de la tombe de Ramon Falcon, chef de police et tortionnaire au nom de l’Etat argentin. Une pensée est aussi exprimée à l’anarchiste chilien Mauricio Morales, mort il y a 10 ans en pleine attaque. (communiqué en anglais)

Athènes, 20 mai 2019 : ce lundi, plusieurs compagnon.ne.s ont réalisé un sabotage coordonné de la circulation dans plusieurs secteurs de la capitale, notamment dans les rues Patission, Kokkinopoulou et Iera Odos. Cette action a été menée en solidarité avec le prisonnier en lutte D. Koufontinas. (communiqué en anglais ici)

Athènes, 21 mai 2019 : les locaux des jeunes de Nouvelle Démocratie sont attaqués à la peinture en solidarité avec Koufontinas. Les bureaux de la branche jeunes du parti qui gouverne aux côtés de Syriza sont situés à Zografou dans la discrétion la plus totale (aucun signe extérieur ne permettant de savoir qui occupent les locaux). (cf communiqué en grec)

Athènes, 23 mai 2019 : vers 22h, des anarchistes attaquent le tribunal à coups de bouteilles de peinture et de cocktals Molotov. En solidarité avec D. Koufontinas et contre la terreur d’Etat de Syriza et ND. (cf communiqué en grec)

Athènes, 23 mai 2019 : les bureaux du parti Syriza sont attaqués à Ambelokipi. Les vitres sont brisées et de peinture projetée à travers. Cette attaque, en plus d’être une « manifestation de haine envers tous les pouvoirs, peu importe leur couleur », est revendiquée en solidarité avec le prisonnier en grève de la faim Dimitris Koufontinas. (source: Indy Athènes)

Kaisariani (banlieue d’Athènes), 25 mai 2019 : la banque du Pirée et l’agence postale TT Hellenic Post sont toutes deux la cible d’une attaque explosive durant la nuit en solidarité avec D. Koufontinas. (source)

Athènes, 26 mai 2019 : une antenne de télécommunication, situé à L. Katehaki, est incendiée le jour des élections européennes. « Couper les câbles du système. Couper les fils de la domination », dit le communiqué

Elefsina, 26 mai 2019 : quelques heures avant les résultats des élections, « des anarchistes contre la mascarade électorale » attaquent un événement de Syriza. Après avoir forcé l’accès à la salle, le feu est bouté au stand du parti de gauche. Mais des « citoyen.ne.s respectables et pacifiques se sont précipité à l’intérieur pour éteindre les flammes afin que leur stand ne soit pas brûlé », explique le communiqué. « Nous envoyons notre solidarité à D. Koufontinas qui est toujours hospitalisé après sa longue grève de la faim ».

 

This entry was posted in Actions directes, Feu aux prisons, mémoire anarchiste, Réflexions sur l'action directe et la répression, Répression, solidarité and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.