Pour un antispécisme anarchiste et nihiliste

Si j’ai eu envie de donner plus d’échos à ce texte, c’est parce qu’il m’a profondément parlé. J’y ai vu des tentatives de définitions, de l’anti-spécisime et du nihilisme, qui m’ont à la fois parues claires et justes, mais sans prétentions pour autant. Il pose des mots dans lesquels je me retrouve.

Certain.es trouvent des passages trop complexes, ou trop référencés. C’est vrai qu’il demande un certain effort intellectuel pour être compris dans son intégralité, mais pour autant, ça ne m’a pas paru être une raison suffisante pour ne pas le diffuser, parce que je ne le trouve pas prétentieux, ni hautain. Parce que j’ai envie d’affiner mes critiques et analyses, j’ai besoin aussi de trouver des textes qui me demandent des efforts pour être compris. Que cette compréhension passe par des lectures collectives, des discussions, ou des recherches. Qu’un texte qu’on ne comprend pas aujourd’hui, c’est peut être un texte qui nous paraitra intelligible dans quelques mois, quand on aura manipulé les concepts de plein de façons, et qu’ils nous paraitrons plus familiers.

J’avais un peu envie de souligner tous ces points, parce que je ne veux pas faire comme si je n’avais pas conscience que certains support théorique puissent paraitre élitistes.

Cet article a été écrit en réponse à un autre texte Liberez les animaux de l’antispécisme, publié sur Iaata.info que j’ai donc inclu, même si je n’en partage aucune idée. Il s’inscrit dans une série de publications autour de l’antispécisme sur ce même site, mais que je n’ai pas souhaité reproduire parce que ça ne me semblait pas suffisemment pertinent. J’ai aussi ajouté un texte publié sur attaque.noblogs.org : Laissons le veganisme sur les rayons des bibliothèques et reprenons la lutte, parce qu’il amène des mises aux points que je trouve interessantes sur le véganisme et ses limites quand il s’agit d’attaquer le monde qui produit l’exploitation animale. Je n’ai apporté aucune modification à tous ces textes, si ce n’est d’avoir ôté les photos. J’avais juste envie de leur donner un support papier.

Et parce que les mots résonnent toujours mieux lorqu’ils sont suivis d’actes, il y a aussi quelques récits d’actions qui m’ont particulièrement plu, certaines revendiqués, d’autres non. Si je me suis sentie suffisement proches des communiqués, sans être d’accord sur tout, pour pouvoir les rétranscrire, je ne peux que regretter certaines positions de soutien à l’ALF, dont l’une des valeurs est de ne pas s’attaquer physiquement aux individu.es directement responsable de ces carnages, et que je ne partage pas parce que je ne veux pas faire de hierarchie morale entre les attaques.

A toutes celleux qui pensent que les animaux apprécient la relation qu’illes ont avec leurs éleveurs.euses, je vous souhaite de connaitre la même fin qu’elleux.

Moi j’aspire juste à bruler vos maisons.

joiedevivre[at]riseup.net

[Reçu par mail]

This entry was posted in Publication, Réflexions sur l'action directe et la répression and tagged , . Bookmark the permalink.